dimanche 20 octobre 2019

Nouvelles photos de Robert Pattinson posant avec des fans à Los Angeles - Le 19 Octobre 2019



image host image host

Source Source Source Via

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec GQ

L'article en soit, comporte peu de citations de Robert, toutefois ayant trouvé l'article intéressant, je l'ai quand même traduit en intégralité :) ! 



Traduction :

"Je n'ai jamais était aussi inquiet que quelqu'un voit le film," est l'une de ces choses que les réalisateurs et acteurs disent, mais que vous supposez qu'ils ne pensent pas vraiment. C'est de la fausse humilité. C'est de l'insécurité. C'est un geste de pureté artistique. Mais pour Robert Pattinson - qui l'a dit dans une interview à GQ en 2017 - c'est peut-être vrai. Pattinson a joué dans dix films (sortis) depuis qu'il a joué un vampire sexy, et ces films combinés ont rapporté environ 2% de Twilight : Breaking Dawn Partie 2. Au lieu de rechercher des gros rôles dans des blockbusters, Pattinson s'est imposé comme une icône indépendante improbable - l'un des acteurs les plus sensationnels travaillant en marge, un modèle de goût et une nouvelle race de star de cinéma. 

C'est un peu cliché à observer, mais plutôt que de plaire aux masses, ce qui semble réellement préoccuper Pattinson, c'est de trouver un matériau qui le surprendra, le fera rire, un matériau qui, selon lui, est "agréable à lire, agréable à penser." Mais il y a plus que cela. "Chaque fois que je joue un rôle plus important, j'ai toujours aimé les mêmes choses - des choses qui semblent assez audacieuses... Un grand nombre de films que j'aime ont une sorte d'allégresse... Et ils sont également un peu punk. Une sorte de doigt d'honneur à tout le monde."

Dans son dernier rôle, Pattinson ne fait de doigt à personne, mais il attrape une mouette et la tue à mains nues. Il se masturbe également violemment avec une figurine de sirène, devient fou avec de la gnôle faite maison et réprimande Willem Dafoe pour ses pets incessants. Le film est le moins Batman possible, The Lighthouse, le second film fantasmagorique et surréaliste de Robert Eggers après The Witch. Tourné en noir et blanc, avec un format d'image vintage de 1.19:1, comportant seulement deux personnages (trois si on compte la sirène imaginaire), et qui est bourré de monologues denses dans le style du 19ème siècle. C'est un pur film d'art et d'essai - ou cela pourrait l'être sinon pour Pattinson, ou pour la direction qu'on pris les films. 

Si Pattinson, qui a 33 ans, avait atteint sa majorité à une époque antérieure, vous imaginez que sa carrière ressemblerait à celle de ses beaux leaders comme Leonardo Dicaprio et Brad Pitt. Il aurait été Roméo, Howard Hugues, Mills, Rusty Ryan, Tyler Durden (d'une certaine manière, The Lighthouse est le Fight Club de 2019). Il ferait des choses cool, intéressantes, avec des cinéastes cool et intéressants, et beaucoup de gens iraient les voir. Mais comme les films ont dévié vers des franchises extrêmes, et que la propriété intellectuelle a éclipsé les stars de cinémas - sans que cela soit nécessaire ou par liberté - Pattinson s'est tracé un chemin différent. "Ce que j'ai compris au cours de ces dernières années, c'est que j'aime vraiment être une sorte de chercheur de talent," a-t-il déclaré dans une interview en 2017. "Je ne fais rien d'autre que de parcourir le monde pour essayer de trouver des personnes dont la majorité des gens n'ont pas encore pris conscience de leur vrai potentiel - et de me lancer à fond avec eux."

L'approche a fait de lui le posterboy d'A24. Cela l'a conduit chez David Michôd, les frères Safdie, les frères Zellner, Claire Denis (une personne connue, mais quand même), et Eggers, entre autres. Et lorsque les metteurs en scène talentueux rencontrent le pouvoir de star de Robert Pattinson, des classiques cultes naissent souvent - The Rover, Childhood of a leader, Good Time, etc. Peut-être que très peu de gens vont réellement voir ces films dans les salles de cinéma, mais avec la machine à meme qu'est internet, les gens n'ont pas nécessairement besoin de les voir pour que leur mythologie grandisse. Ou pour que des images indélébiles puissent germer. Il y a Pattinson étant chevauché dans l'espace par Juliette Binoche, une scientifique spécialisée dans la procréation aux cheveux sauvages, afin qu'elle puisse récolter son sperme. Il y a Pattinson, le visage aussi gras qu'un nouveau gant de baseball, fuyant furieusement la police. Et maintenant, il y a Pattinson et Dafoe, tout deux perdant probablement la boule, seuls et se disputant sur une île cauchemardesque. 

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec Yahoo Entertainment

Les interviews s'enchaînent !!!


Update : Ajout de la traduction :

Avec Zoë Kravitz et Paul Dano en place dans les rôles, respectivement, de Catwoman et l'homme mystère, Batman aura toute une galerie de méchant lorsqu'il rejoindra l'univers DC en 2021 sous les traits de Robert Pattinson. Le seul méchant que le nouveau Chevalier Noir ne rencontrera pas cependant, est le Clown, prince du crime de Joakim Phoenix, qui fait un tabac au box office actuellement dans son film solo controversé. Le réalisateur de Joker, Todd Phillips, a déjà dit que Phoenix n'apparaîtra pas dans The Batman de Matt Reeves, et Pattinson l'a également confirmé à Yahoo Entertainment en parlant de son nouveau film, The Lighthouse. "C'est un monde différent," dit l'acteur au sujet du film de Phillips, ajoutant qu'il n'a toujours pas vu Joker. "Je vais peut-être le voir ce soir  Joaquim est le meilleur - il est génial dans tout."

Pour rappel, Pattinson a également affirmé ne pas avoir vu la version finale de son nouveau costume, qui est toujours caché du public dans la Batcave de Warner. "Matt a une idée vraiment géniale à ce sujet," admet-il. "Je pense que cela va être très très cool." Il a eu la chance de recevoir des conseils à propos du costume de nul autre que l'architecte de la trilogie Dark Knight, Christopher Nolan; Pattinson était entrain de tourner dans le prochain film du réalisateur, Tenet, quand il est officiellement devenu le dernier Batman l'été dernier. "Chris m'a un peu expliqué comment enlever le camouflage de mon visage - entre autres choses," plaisante-t-il.

Les mouettes, plutôt que les chats ou les énigmes, sont les principaux adversaires de Pattinson dans The Lighthouse, le deuxième film de Robert Eggers. Comme le précédent long métrage du réalisateur, The Witch en 2015, The Lighthouse est un film d'horreur d'époque qui se déroule dans un lieu très isolé, dans ce cas, sur des terres arides, apparemment au bout du monde. C'est ici que le vétéran gardien de phare Thomas (Willem Dafoe), arrive avec son nouvel assistant, Ephraim (Pattinson), qui a du mal à s'adapter à la solitude de leur existence, sans parler de la dureté des conditions. Alors que les jours difficiles cèdent la place aux nuits froides et que le bruit des mouettes - sans parler des fréquents pets de Thomas - résonnent dans ses oreilles, le jeune homme relâche progressivement sa poigne sur sa santé mentale. Pattinson nous a parlé de la façon dont le costume d'Ephraim l'a aidé à entrer dans le personnage et pourquoi il adorerait faire un film d'horreur comme The Cell.

Yahoo Entertainment : En entrant, je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec The Lighthouse, mais je ne m'attendais certainement pas à ce que ce soit aussi drôle. A quel moment avez-vous réalisé que c'était essentiellement une comédie sur un drôle de couple ?

Robert Pattinson : Je veux dire, le scénario était hilarant, mais j'ai appris à maintes reprises au cours des années que mon sens de l'humour n'est pas nécessairement le même que pour les autres. Ou que ce n'est peut-être même pas drôle du tout ! Je suis toujours un peu inquiet quand je pense que quelque chose est drôle. [Rires] Quand j'ai regardé The Lighthouse pour la première fois, j'ai pu entendre le public rire et c'était un tel soulagement. En même temps, cela m'a vraiment choqué de voir avec quelle facilité ils pouvaient en rire !

Dès les répétitions c'était vraiment drôle. La première fois que j'ai vu Willem en costume avec ses fausses dents, c'était hilarant. [Pour notre première scène] nous étions assis l'un en face de l'autre en train de manger et il y a des petits morceaux qui sortent de sa bouche ! Donc l'humour était assez naturel. Mais Robert est également un gars vraiment drôle et il jubile avec les parties dingues du scénario, ce qui a tout simplifié.


Photos de Robert Pattinson, Robert Eggers et Willem Dafoe durant un Q&A au Pacific Design Center à Los Angeles - Le 19 Octobre 2019




Vidéos de Robert Pattinson, Robert Eggers et Willem Dafoe durant un Q&A au Pacific Design Center à Los Angeles - Le 19 Octobre 2019






Source Source


Vidéos de Robert Pattinson, Robert Eggers et Willem Dafoe durant le Q&A au Landmark Theatre à Los Angeles - Le 19 Octobre 2019

















Via Via

Nouvelle interview vidéo de Robert Pattinson avec la journaliste Margaret Gardiner