dimanche 20 octobre 2019

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec Yahoo Entertainment

Les interviews s'enchaînent !!!


Update : Ajout de la traduction :

Avec Zoë Kravitz et Paul Dano en place dans les rôles, respectivement, de Catwoman et l'homme mystère, Batman aura toute une galerie de méchant lorsqu'il rejoindra l'univers DC en 2021 sous les traits de Robert Pattinson. Le seul méchant que le nouveau Chevalier Noir ne rencontrera pas cependant, est le Clown, prince du crime de Joakim Phoenix, qui fait un tabac au box office actuellement dans son film solo controversé. Le réalisateur de Joker, Todd Phillips, a déjà dit que Phoenix n'apparaîtra pas dans The Batman de Matt Reeves, et Pattinson l'a également confirmé à Yahoo Entertainment en parlant de son nouveau film, The Lighthouse. "C'est un monde différent," dit l'acteur au sujet du film de Phillips, ajoutant qu'il n'a toujours pas vu Joker. "Je vais peut-être le voir ce soir  Joaquim est le meilleur - il est génial dans tout."

Pour rappel, Pattinson a également affirmé ne pas avoir vu la version finale de son nouveau costume, qui est toujours caché du public dans la Batcave de Warner. "Matt a une idée vraiment géniale à ce sujet," admet-il. "Je pense que cela va être très très cool." Il a eu la chance de recevoir des conseils à propos du costume de nul autre que l'architecte de la trilogie Dark Knight, Christopher Nolan; Pattinson était entrain de tourner dans le prochain film du réalisateur, Tenet, quand il est officiellement devenu le dernier Batman l'été dernier. "Chris m'a un peu expliqué comment enlever le camouflage de mon visage - entre autres choses," plaisante-t-il.

Les mouettes, plutôt que les chats ou les énigmes, sont les principaux adversaires de Pattinson dans The Lighthouse, le deuxième film de Robert Eggers. Comme le précédent long métrage du réalisateur, The Witch en 2015, The Lighthouse est un film d'horreur d'époque qui se déroule dans un lieu très isolé, dans ce cas, sur des terres arides, apparemment au bout du monde. C'est ici que le vétéran gardien de phare Thomas (Willem Dafoe), arrive avec son nouvel assistant, Ephraim (Pattinson), qui a du mal à s'adapter à la solitude de leur existence, sans parler de la dureté des conditions. Alors que les jours difficiles cèdent la place aux nuits froides et que le bruit des mouettes - sans parler des fréquents pets de Thomas - résonnent dans ses oreilles, le jeune homme relâche progressivement sa poigne sur sa santé mentale. Pattinson nous a parlé de la façon dont le costume d'Ephraim l'a aidé à entrer dans le personnage et pourquoi il adorerait faire un film d'horreur comme The Cell.

Yahoo Entertainment : En entrant, je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec The Lighthouse, mais je ne m'attendais certainement pas à ce que ce soit aussi drôle. A quel moment avez-vous réalisé que c'était essentiellement une comédie sur un drôle de couple ?

Robert Pattinson : Je veux dire, le scénario était hilarant, mais j'ai appris à maintes reprises au cours des années que mon sens de l'humour n'est pas nécessairement le même que pour les autres. Ou que ce n'est peut-être même pas drôle du tout ! Je suis toujours un peu inquiet quand je pense que quelque chose est drôle. [Rires] Quand j'ai regardé The Lighthouse pour la première fois, j'ai pu entendre le public rire et c'était un tel soulagement. En même temps, cela m'a vraiment choqué de voir avec quelle facilité ils pouvaient en rire !

Dès les répétitions c'était vraiment drôle. La première fois que j'ai vu Willem en costume avec ses fausses dents, c'était hilarant. [Pour notre première scène] nous étions assis l'un en face de l'autre en train de manger et il y a des petits morceaux qui sortent de sa bouche ! Donc l'humour était assez naturel. Mais Robert est également un gars vraiment drôle et il jubile avec les parties dingues du scénario, ce qui a tout simplifié.




Je craque pour une bonne blague de pet comme dans "Le shérif est en prison", et les flatulences excessives font partie intégrante du personnage de Dafoe. Est-ce qu'il pétait sur le tournage ou ceux-ci ont été ajouté en post-production ?

Nous avons fait un Q&A récemment et quelqu'un lui a demandé cela. Il a dit, "Moitié-Moitié". Je ne l'ai jamais entendu, donc s'il les faisait sur le tournage, ils étaient définitivement silencieux. [Rires]

Vous avez travaillé avec des réalisateurs comme Eggers et David cronenberg qui ont fait des films terrifiants, mais les films dans lesquels vous avez joué ne sont pas des histoires d'horreur traditionnelles. C'est quelque chose que vous êtes curieux de faire : un vrai film d'horreur ? 

Oui. Le fait est que les films d'horreur me font très peur. Je suis incroyablement sensible, donc peut-être que je les évite à cause de cela. J'aime utiliser certains éléments d'horreur. Surtout maintenant, il semble que l'horreur est le seul genre où vous pouvez être assez expérimental et ils sont diffusés dans les cinémas. De cette façon, c'est vraiment le genre le plus novateur du moment. Et il y a quelque chose de subversif dans le genre lui-même : vous faites du divertissement en tuant des gens, vous pouvez donc étendre ce principe dans de nombreux domaines. Je suis sûr qu'à un moment donné, je voudrais en faire un. J'ai toujours adoré The Cell. J'adorerais jouer un tel rôle.

Y a-t-il d'autres films d'horreur qui vous ont vraiment fait peur ?

L'exorciste est probablement mon film préféré. Je ne suis pas particulièrement intéressant de faire un film d'horreur en sachant que c'est un film d'horreur, et j'ai l'impression que l'exorciste en est la raison. Je le trouve tellement effrayant, car il investi tellement de temps à essayer de vous faire croire que c'est vrai au début, et cela m'est toujours resté. Tout la partie en Irak était tellement brillante, cela m'est toujours resté. J'ai toujours pensé que The Strangers était également très effrayant pour une raison similaire. Cela commence comme un drame relationnel bien mené et il reste encré dans le monde très longtemps avant de devenir un film d'horreur. J'aime les changements de genre, j'ai toujours pensé que c'était un excellent créneau.

Un autre dénominateur commun que j'ai vu dans vos récents films, comme The Lost City Of Z, High Life et The Lighthouse, c'est que vous incarnez des personnages qui explorent des endroits reculés sur Terre ou dans l'espace. Partagez-vous cet état d'esprit fébrile ?

Je lisais quelque chose l'autre jour sur l'exploration et je me suis toujours dit que si j'avais été de cette époque, c'est ce que j'aurais fait. Mais en réalité, j'aurais probablement fini par faire ce qui était l'équivalent de rester assis à regarder Instagram. [Rires] Il y a une partie de moi qui aime ce genre de fantaisie et c'est aussi une partie de l'interprétation qui m'attire. Vous vous mettez dans un environnement dont vous ne pouvez pas être contraint de vous dégager.

Vous avez parlé du costume de Dafoe - Comment le votre vous a-t-il aidé à entrer dans le personnage ?

Je me souviens que quand nous les avons essayé pour la première fois, je les ai trouvé très beaux. Ce monde est romancé à bien des égards, et même lorsque nous tournions, cela ressemblait à un paradis idyllique. Ce n'est que quand ils ont été tourné à travers ces filtres qu'ils ont semblé sale, granuleux et crasseux, et soudainement ils prennent vie différemment. Mais tout était à peu près ce que ces deux gars auraient porté à cette période. Quand je marchais dans l'océan avec l'uniforme, c'était incroyable. Je portais quelque chose en laine et j'étais littéralement sous l'eau ! Dès que vous sortez, vous n'avez pas si froid compte tenu des températures arctiques. Même si vous avez un de ces manteaux sophistiqués pour temps froids, ce n'est pas comparable au type de protection que confère un costume en laine.

Dans une interview, vous avez parlé de presque vouloir frapper le réalisateur après avoir été aspergé d'eau à plusieurs reprises avec un tuyau à incendie. The Lighthouse à l'air d'être un tournage difficile - cela vous a-t-il aidé pour votre interprétation ?

Je crois que Robert était fâché que je dise cela, même si manifestement je plaisantais. [Rires] Le truc avec le tuyau à incendie s'est produit car la pluie ne se voyait pas [à la caméra] et nous avions besoin de beaucoup d'eau pour passer à travers les objectifs. Je n'avais pas réalisé que c'était un tuyau à incendie sur le moment - je pensais que c'était une machine à pluie. Je ne pouvais même pas ouvrir les yeux ! Mais c'est plus amusant quand quelqu'un vous pousse. Les seules fois où je lutte sur un plateau de tournage, c'est si quelqu'un ne sait pas vraiment ce qu'il veut et qu'il est mou dans ses décisions. Cela peut-être incroyablement frustrant. Et puis, simplement d'attendre et l'énorme quantités de répétition. Tandis que si vous faites quelque chose comme The Lighthouse, c'est tellement viscéral et extrême, et vous êtes poussés tout le temps, donc il y a un million de choses auxquelles réagir. En dehors de la caméra, nous vivons essentiellement cette histoire. Vous appréciez cela par la suite, car vous avez l'impression d'avoir fait une course difficile. Je me sentais incroyablement détendu à la fin d'une journée, totalement épuisé. J'ai très bien dormi tous les soirs durant The Lighthouse !

Source 

Aucun commentaire: