jeudi 31 octobre 2019

Nouvelle interview audio de Robert Pattinson pour le podcast 'The Big Ticket'




Via

Nouvel extrait de Robert Pattinson dans le rôle d'Ephraim Winslow dans The Lighthouse




Que pense Robert Eggers du choix de Robert Pattinson pour le rôle de Batman ?

Dans une interview audio avec Reel Blend, Robert Eggers explique en quoi le fait que Robert soit le prochain Batman est une bonne chose pour le cinéma indépendant :



(la partie concernant Batman commence à 19min45)

Traduction :

"Je pense que c'est génial. Je pense qu'il fera du bon travail. Il me fait à nouveau acheter un ticket pour un film basé sur un comic book, donc tant mieux pour lui. Peut-être qu'il m'invitera à une projection [Rires]. L'espoir c'est que Rob, après Batman, voudra toujours faire un travail intéressant. Et si Batman fonctionne comme il l'espère, à quel point ce serait cool ? D'avoir une star de cinéma qui compte vraiment au box-office et qui est un putain d'acteur incroyable. Cela pourrait être très bon pour tous les Eggers et les Safdie du monde. Tu portes cette cape, Rob. "

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec Manila Bulletin

Une partie de l'interview est similaire à certaines que j'ai déjà traduite, mais il y a quelques nouvelles citations !


image host image host image host image host

Traduction des parties inédites :

Los Angeles - Robert Pattinson était d'humeur joviale lorsqu'il nous a rencontré.

L'acteur anglais de 33 ans, qui a tout d'abord retenu notre attention dans le rôle de Cedric Diggory dans "Harry Potter et la Coupe de Feu", quand il n'avait que 18 ans, a ensuite vu son étoile devenir plus lumineuse avec son interprétation d'Edward Cullen dans la franchise "Twilight" à l'âge de 22 ans, il a en effet déployé davantage ses ailes en tant qu'acteur avec ses choix de rôles variés.

L'un de ses rôles est sa solide performance en tant que bûcheron à la retraite, Ephraim Winslow, dans le film d'horreur psychologique "The Lighthouse" de Robert Eggers, qui a été tourné en noir et blanc dans le comté de Yarmouth en Nouvelle-Écosse au Canada. Le film, qui a fait sa première mondiale à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes, met également en vedette Willem Dafoe dans le rôle du vieux Thomas Wake.

L'histoire raconte la vie de ces deux hommes vivant dans un phare isolé, alors qu'ils doivent lentement faire face à la solitude, qu'ils perdent la raison et doivent gérer leurs cauchemars.

C'était bien loin des rôles que nous avions l'habitude de voir Pattinson jouer. Nous l'avons donc interrogé sur les défis qu'ont représenté la réalisation du film et sur sa collaboration avec le cinéaste Eggers.

"Lorsqu'un scénario est vraiment bon, cela rend les choses un peu plus facile," explique Pattinson. "Mais le seul problème avec le fait d'avoir un très bon scénario, c'est que vous devez être capable de le faire, cela ne tient qu'à vous de le gâcher. Je pouvais voir qu'il était possible d'en tirer quelque chose de bien, mais c'est également une course immersive, un saut aveugle dans l'abîme. Je ne sais pas si vous connaissez les accents du Maine, mais l'accent du Maine est l'une des choses les plus difficiles que j'ai essayé de comprendre. C'était donc une chose sur laquelle j'ai passé beaucoup de temps à travailler. "

"Je pense qu'il y a quelque chose à propos de l'obscurité du film, et je ne peux pas vous décrire comment y entrer, comment vous poussez dans ce monde. C'est assez cathartique à la fois, mais vous êtes dans un endroit assez étrange tout le temps. Mais oui, je pense que de faire quelque chose de très sombre avec quelqu'un comme Willem, cela change l'atmosphère, car il y a quelque chose d'anarchique. C'est un gentil démon avec qui le faire. Et c'est assez amusant de devenir mauvais avec lui."
[...]
Pour lire le reste de l'interview (en anglais), rendez-vous à la Source
Via

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec The Playlist


La traduction :

Alors que les acteurs voient leur notoriété grandir, il est souvent naturel pour eux de se montrer moins ouverts avec les médias qui les ont aidés à les faire connaître. Peut-être que leurs réponses sont un peu plus variées. Ils peuvent même avoir l'air de devenir étrangement timides devant la presse. De temps en temps, cependant, il y a une star qui semble devenir encore plus à l'aise sous les projecteurs de la célébrité au fil des années. Robert Pattinson appartient probablement à cette dernière catégorie.

Une décennie après le lancement de la franchise qui l'a rendu célèbre, Pattinson semble avoir pris son envol et ce n'est pas seulement lié au fait qu'il ait passé six ans à se concentrer sur des films indépendants. J'ai tout d'abord remarqué un léger changement en lui parlant pour "Good Time" des frères Safdie il y a deux ans. Maintenant, l'acteur de 33 ans est presque frivole lorsqu'il discute de son dernier film, "The Lighthouse". On retrouve une certaine franchise et une vraie aisance chez Pattinson qui sont légèrement révélateurs. C'est le cas pour les conversations enregistrées et cette description est plutôt pertinente compte tenu de sa performance dans le drame réalisé par Robert Eggers.

Déjà l'un des films les plus acclamés par la critique de l'année, "The Lighthouse" a aussi eu un box office exceptionnel en seulement deux semaines de diffusion limitée. Se passant dans les années 1800, le film retrouve Pattinson jouant le rôle d'un gardien de phare débutant au passé mystérieux, qui s'associe à un vétéran grisonnant, interprété par Willem Dafoe, pour une garde de 4 semaines sur une île isolée. Au fil des semaines, les personnalités des deux hommes s'affrontent et le personnage de Pattinson commence à vaciller au bord de la folie. La force de leurs performances fait que les deux hommes sont en course pour une nomination aux Oscars.

Au beau milieu de la sortie du film dans les cinémas et d'une campagne bien remplie pour les awards, Pattinson tourne le secret "Tenet" de Christopher Nolan dans la région de Los Angeles. En fait, notre entretien a été retardé en raison d'une journée de tournage plus longue que prévue plutôt dans la semaine. Non seulement, Pattinson a ce blockbuster très attendu sur le pont, mais il s'aventure une fois de plus dans le monde intense des communautés de fans après avoir été choisi pour le rôle de Bruce Wayne dans le prochain film "The Batman" de Matt Reeves.

Au cours de notre conversation, Pattinson a parlé des détails uniques du scénario, de la façon dont l'environnement difficile a influencé son personnage, du succès de "The Lighthouse" jusqu'à présent, de la "ruée" qu'il attend quand il rencontrera des fans de Batman lors de futurs événements et de bien plus encore.

-- 

The Playlist : J'ai parlé à Willem la semaine dernière et il m'a dit qu'il était prêt à faire le film après avoir lu la première page. Combien de pages cela vous a-t-il pris avant de réaliser que vous vouliez le faire ?

Robert Pattinson : Il était prêt dès la première page ?

C'est ce qu'il a dit.

Je l'ai vraiment aimé, mais il m'a fallut un peu de temps pour le comprendre exactement. Les différentes tonalités du film sont tellement discordantes les unes des autres. J'essayais de comprendre comment cela allait fonctionner ? Il y a des éléments de comédie délirants et ensuite il y a aussi cette sorte de documentaire ethnographique sérieux sur ce gars qui travaille dans un phare. Mais il y a tellement de choses sur les différents mécanismes, le fonctionnement de la lumière, comment le four marche, la corne de brume et toutes ces choses différentes. Et puis, soudainement, il y a un virage massif à la fin et cela devient une terreur totalement surréaliste. Et il m'a fallu un peu de temps pour y réfléchir, mais ensuite, je me disais que c'était tellement original et c'est toujours amusant de faire partie de [quelque chose] comme cela.

Nouvelle photo de Robert Pattinson dans The Lighthouse


Via

The Batman : Matt Reeves confirme que Jeffrey Wright interprétera le commissaire Gordon !

Les rumeurs concernant Jeffrey Wright étaient donc vraies !