lundi 24 septembre 2018

Nouvelles photos de Robert Pattinson posant avec Caitlin Cronenberg lors du TIFF 2018

Lors du festival, Robert a participé à la première du court métrage de Caitlin Cronenberg.




Update : 
image host

Source / Source Via Via

Quelques nouvelles photos et vidéos de Robert Pattinson au Festival du Film de Toronto 2018


image host image host image host

Update :
image host image host image host

Les vidéos :





Update :


Source Source Source Source Source Source Source Via Via

Claire Denis parle de l'implication de Robert Pattinson dans le projet "High Life"

Le distributeur espagnol de High Life, a diffusé sur son site internet une intéressante interview de la réalisatrice Claire Denis, où elle revient sur l'implication de Robert dans le projet, le rôle qu'il a joué dans le choix du bébé qui devait interpréter sa fille...



Traduction des extraits concernant Robert :

[...] Le directeur de casting écossais m'a alors dit : "Il y a un autre acteur que tu dois absolument rencontrer : Robert Pattinson." Au début, je pensais que Robert était trop jeune et, je dois le dire, je trouvais sa beauté intimidante. En attendant, j'ai rencontré Patricia Arquette à Los Angeles pour le rôle féminin, Dr Dibs. 
Robert s'est présenté à plus moins chaque réunion, discret et charmant, mystérieux. Alors que je l'observais du coin de l’œil, j'ai commencé à me sentir de plus en plus incertaine. Bien sûr, je le connaissais. Comme des millions de cinéphiles, j'avais vu les 5 épisodes de Twilight, où il joue un vampire. Mais dans cette série, ce qui me fascinait le plus c'était le couple qu'il formait avec Kristen Stewart. Je me souviens d'une scène en particulier, quand Kristen Stewart lui dit qu'elle accepte qu'il soit un vampire. Il répond : "Non, je ne peux pas... Je ne veux pas te faire de mal."
Je l'avais aussi vu dans deux films qu'il a tourné avec David Cronenberg, Cosmopolis en 2012 et Maps to the stars en 2014, donc je savais qu'il pouvait jouer différents genres. Une nuit à l'hôtel, je me suis rendue compte que c'était idiot que je persiste à chercher un double de Philip Seymour Hoffman. Robert dans la peau de Monte semblait soudainement évident. Avec mon co-scénariste, Jean-Pol Fargeau, nous avons écrit une première ébauche du film et nous l'avons fait traduire pour Robert. 
Après cela, les choses sont devenues beaucoup plus faciles. Robert est venu à Paris, nous avons dîné, parlé... C'était très joyeux. Parfois, il disait ne pas bien comprendre le scénario, qu'il n'était pas sûr de ce que je voulais. Je sentais qu'il avait peur de la chasteté de son personnage. Mais Robert était toujours présent. Plus que présent : il était un partenaire actif, toujours disponible. Son "Oui" pour faire le film était un "oui" au millième degré. Et il a continué à le prouver lors du tournage à Cologne, en Allemagne. Certaines personnes pourrait s'attendre à ce qu'une star comme lui demande un jet privé pour passer ses week-ends à Londres. Pas du tout ! Il est resté à Cologne durant tout le tournage. Il dînait avec l'équipe, non pas parce qu'il s'ennuyait, mais parce qu'il voulait s'impliquer à 100%. A l'agence spatiale européenne de Cologne, il a suivi l'entraînement d'astronaute comme les autres acteurs. Il a même couru sur une machine qui crée de l'apesanteur pendant un court moment. Quelle merveilleuse personne avec qui travailler !

[...]
Le bébé est très important ! Elle s'appelle Scarlett. Elle est anglaise. C'est la fille du meilleur ami de Robert Pattinson, Sam. Ils ont grandi et sont allés à l'école ensemble. Le tournage allait commencer et nous ne trouvions pas le bon bébé. Un jour Robert a dit : "Pourquoi vous auditionnez des bébés à droite et à gauche quand je connais quelqu'un qui serait parfait ?" Nous avons tous fondu quand nous avons vu Miss Scarlett, si mignonne, charmante. Ce n'est pas si difficile de faire un film avec un bébé. Nous avons respecté ses temps de sieste, de repas, ses crises de pleurs. Nous sommes allés à son rythme et avons tourné, plus ou moins silencieusement, presque invisible, merci à la finesse et à la grâce du directeur de la photographie, Yorick Le Saux. Et c'est dingue de voir Willow apprendre à marcher dans le couloir du vaisseau spatial, car ce sont vraiment les premiers pas de Scarlett, pris devant la caméra. A la fin de la journée, elle roucoulait joyeusement et marchait. C'est une de mes scènes préférées. C'est là que nous voyons sur le visage de Robert Pattinson que sa beauté ne gêne pas sa bonté. Ou plutôt que sa bonté est belle à voir. Robert n'avait jamais changé de couches ou nourri à la cuillère un bébé avant, mais il a certainement eu un avant-goût de tout ça avec Miss Scarlett !
[...]

Pour lire l'intégralité de l'interview (en anglais), rendez-vous à la Source