jeudi 7 août 2014

Interview complète et non corrigée de Robert Pattinson avec Little Whites Lies


LWLies: David Michôd a dit qu'il y a un homme très en colère à savoir lui – au coeur de The Rover. Quelles émotions en avez vous retiré et quelles sont celles que le film a déclenché?

Pattinson: Ca suscite incontestablement de la peur et de l'anxiété mais c'était le personnage pour lequel j'auditionnais. De plus la toute première chose qui m'a parlé a été simplement un truc stylistique . Une écriture propre et en même temps c'était si saisissant. C'était tellement original, même la façon dont il apparaissait sur la page..

Qu'avez vous trouvé intéressant chez Rey quand il est arrivé la toute première fois dans votre vie?

J'ai trouvé ça assez intéressant de lire quelque chose où en fait on ne peut pas dire si le mec est déficient mental ou pas. J'ai demandé à David au début des auditions si oui ou non il l'était et il a dit, ‘Je ne sais pas . Peut être’ et puis on a décidé qu'il était une personne qui a été sévérement maltraité ou quelqu'un lui a dit qu'il était handicapé toute sa vie mais ça a plus à voir avec sa confiance en lui. Il est vraiment timide et les gens autour de lui, sa famille, sont très durs et lui ont donné des claques toute sa vie et il a donc décidé qu'il ne pouvait pas être lui même. Il n'a jamais tenté de réfléchir par lui même ou de parler en son nom. C'était intéressant. Les seules fois où il est lui même c'est quand un homme horrible le force à le faire.

Il passe de celui qui était le seul à être paisible à ne plus l'être du tout.

Je ne pense pas qu'il sache ce qui se passe. Je pense qu'on peut forcer quiconque à être n'importe quoi.. Eric tente de rendre Rey plus comme lui. Je suppose que Rey devient en quelque sorte comme Eric à la fin. On l'a forcé à devenir quelqu'un qu'il n'est pas, même si c'est en dehors de sa zone de confort. Il est meilleur. Il peut se défendre lui même un peu plus mais c'est de cette façon bizarre et reculé qui est complétement inutile. Et je pense qu' Eric regarde ce qu'il a fait. Il a créé un monstre et il se voit pour la toute première fois et ça le fait réfléchir.

Avec Rey, J'étais intéressé par cette dynamique où un mari bat sa femme et la femme ne cesse de revenir. Pire le mari devient, plus la femme pense qu'il l'aime et j'aime transférer ça sur la relation de Rey et Eric. Je ne cesse de me dire que je n'avais pas vraiment vu ça dans un film. Je la voyais un peu comme une histoire d'amour. Il y avait des scènes où je tentais de flirter avec Guy.

A t-il été réceptif à vos avances?

Il n'en avait aucune idée. Ni David d'ailleurs. A mi production , j'ai dit 'Tu sais que je joue ça comme si c'était une histoire d'amour?'. Dans une scène où il me donnait un coup de pied, j'ai tenté de mettre ma main derrière son short. Cette scène a été coupée au montage. "

Rey a une voix et des traits physiques bien distinctes . Ca venait de vous ou est ce quelque chose que David vous a demandé d'adopter?

Je pense que je l'ai fait avant. C'est un petit peu basé sur mon cousin mais aussi un incroyable manque de confiance en vous. Rey a passé toute sa vie à tenter de se cacher, même de se recroqueviller sur lui même. Il ne veut pas que les gens l'entendent. J'ai imaginé ces petits chiens ennuyeux que les gens ne cessent de repousser toute leur vie. Il continue de pourchasser ces gens. Il ne s'est absolument pas endurci. Il reste ce gamin mou qui est mal coordonné.

J'ai lu que Guy Pearce avait dit que l'atmosphère était vraiment lourde sur le plateau.

Ah bon?

Ce ne fut pas votre expérience?

Non. Je trouvais ça vraiment marrant. C'était tellement détendu. Incarner un tel rôle où il n'y a aucun paramètres. Vous arrivez et vous n'avez aucune idée de ce que vous allez faire jour après jour. Vous pouvez être détendu.

Donc vous vous êtes amusé dans cette vision post-apocalypse du futur?

C'était vraiment marrant. Rien que d'être au milieu de nulle part. L'équipe de tournage résidait au même endroit que les acteurs. Vous n'avez jamais ça. En tant qu'acteur, vous allez dans des villes inconnues et tout le monde vit sur place donc ils rentrent chez eux et vous , vous rentrez à l'hôtel et c'est lamentable. Mais ça signifiait que j'ai pu traîner avec tout le monde. C'était génial. J'ai passé un moment tellement super

Sur l'échelle de tous vos films où vous avez pris du plaisir, où se situe t-il?

Très très proche du haut du tableau.

Qu'est ce qui est au dessus?

Sans doute le 1er film que j'ai fait. Avoir 16 ou 17 ans. Ils vous donnent votre propre appartement etc... Tourner à Cape Town. C'est sans doute pour ça que je continue ce métier. C'est ridicule. Comment est ce arriver. ?

Comment avez vous trouvé cette expérience, le cirque médiatique auquel vous devez jouer va t-il de paire avec le fait d'être acteur?

C'est tellement bizarre. Je suis tellement déconnecté de tout ça. C'est vraiment étrange. Surtout ici à Cannes car j'ai toujours des cuites. C'était l'avant première de Maps to the Stars la nuit dernière et nous sommes allés à l'after-party. Je ne cesse d'oublier que je travaille. Hier j'ai passé toute la journée à faire des interviews et je ne me souviens pas d'un seul mot qu j'ai dit. Je commence à paniquer à la fin des phrases, ‘Je ne me souviens pas des mots.’

Ca doit être étrange d'avoir cette attente que vous devez ressentir à tout moment

Je sais! A la conférence de presse de Maps to the Stars parlait tellement bien. Et j'étais [il fait des bruit] du genre à faire des interview à la De Niro. Je ne réfléchis pas rapidement. Je dois planifier mes réponses. C'est incroyable à quel point la plupart des acteurs parlent bien Evan [Bird] a 13 ans et je me dis ‘Comment tu réponds? Et c'est ta toute première interview!’

Peut être que la nouveauté dans le métier aide.

Je prenais beaucoup de plaisir au début avec les interviews. Je n'avais pas pris conscience que des gens allaient les lire et qu'il n'y avait donc aucune responsabilité. Vous tentez simplement de dire des blagues. Et vous vous rendez compte que les gens se souviennent et que c'est écrit et ils vous posent des questions à ce propos après et vous commencez à vous fermer. Vous ne voulez pas que les gens sachent qui vous êtes. C'est le pire qui puisse arriver à un acteur. Ce n'est même pas le fait qu'ils sachent qui vous êtes. C'est les gens qui pensent que vous êtes un certain truc. Quand j'ai débuté , j'ai eu des tas de problèmes avec les gens qui pensait : 'Oh ce n'est qu'un gamin issu d'une école privée anglaise'. Personne ne voulait me donner des rôles variés à cause de ça. Maintenant , les gens ne pensent même plus que je suis anglais. C'est le bagage Twilight. Je sors tout juste de ça après avoir été pendant 4 ans un personnage publique."

Vous avez fait du bon boulot à retourner les pré-conçus à votre sujet. Je regardais les films qui vont sortir avec vous, et Werner Herzog était là. Réalise t-il avec cette extraordinaire monotonie?

Oui, c'est ridicule. Il est tellement marrant. C'est fou car il a écrit le script et c'est un des scripts les plus difficiles que j'ai jamais lu.Ce n'est qu'un petit rôle. Je me souviens de ma première scène avec Nicole Kidman (qui joue Gertrude Bell) , c'est un truc sur la situation politique en Turquie. Werner est arrivé et a dit : 'Cette réplique est une blague. Dis la comme si c'était une blague'. Et je lui ai dit : 'Quoi? De quoi tu parles? ' et il est parti en disant : 'C'est marrant. C'est marrant'. Nicole m'a dit : 'Bonne chance'. Mais Werner est génial. Il est exactement ce à quoi vous vous attendez. Il a tellement d'histoires incroyables. Sur tous les sujets. Il a une histoire vue de l'intérieur.

Il a aussi cette constante prise de conscience existentielle qui est assez apaisante. Je ne sais pas si vous avez trouvé ça apaisant

Et il a aussi une incroyable confiance. Je pense que c'est de là que vient sa créativité. Il croit à 100% en lui, un petit peu comme David Cronenberg . Donc vous n'hésitez pas à dire: 'Oui je vais faire tout ce qu'il dit'.

Qu'avez vous dpu faire pour passer d'une autoroute à sagas à une chemin de campagne avec les films indépendants?

Ca m'a pris assez longtemps. Cosmopolis a vraiment tout changé pour moi. Je suis en train de me récréer mon armoire à DVDs que j'avais quand j'avais 17 ans. J'ai ma liste de 20 réalisateurs

Dites moi

J'en ai barré 9 cette année et l'année dernière. Je veux encore avoir....Qui d'autre je veux avoir? Paul Thomas Anderson car tout le monde l'a. Jacques Audiard, Alfonso Cuaron. Je veux faire un film de Godard. Cette année , j'en fais un avec Harmory Korine et aussi James Gray, Olivier Assayas et James Marsh.

Vous avez dû travailler vos vocalises pour The Rover. Allez vous sortir votre version de ‘Pretty Girl Rock’?

Je n'avais jamais entendu cette chanson avant que David ne me la fasse écouter. J'adore le fait que Rey connaisse toutes les paroles de cette chanson. C'est une des choses les plus embarrassantes, que d'être assis et de l'écouter sans cesse. Je suis aussi très mauvais quand il s'agit de retenir des paroles. Je me la suis repassée encore et encore dans ma chambre d'hôtel. Je choppe vite aussi donc oui, je vais sortir un remix

Quel rôle la musique joue t-elle dans votre vie?

Pas autant qu'avant. J'ai un tout petit peu stagner avec la musique et je ne sais pas pourquoi. J'ai trouvé quelques personnes différentes récemment mais c'est bizarre comme vous pouvez cesser d'écouter de la musique parfois. Je ne sais pas. J'essaie de m'y remettre à présent. Autrefois j'écoutais toujours de la musique quand j'étais sur un plateau de tournage et je l'utiliser pour l'inspiration et je ne le fais plus en ce moment. Je ne fais qu'écouter du rap constamment

Qu'est ce que vous aimez dans les films?

Quand je me suis rendu compte pour la première fois que que je voulais vraiment m'impliquer dans l'industrie du cinéma, je me souviens et c'est une réponse très vague et je ne sais pas ce que je raconte mais je me souviens avoir regardé Vol au dessus d'un nid de coucou et j'ai voulu être ce personnage après. Etre inspiré. Prétendre être autre chose vous donne confiance , même si c'est une fausse confiance et que ça ne dure qu'une seconde. Je pense que ça reste en vous après. Je me souviens avoir vu ça et "Orange Mécanique" et ils m'ont tous les deux fait le même effet. J'étais extrêmement timide quand j'étais enfant. Ce film , pour des raisons bizarres , m'a fait me déguiser pour ressembler à Randle McMurphy . Ceux sont des outils d'éducations les meilleurs qu'ils soient. On non, j'ai vraiment la gueule de bois.

Traduction Ptiteaurel@therpattzrobertpattinson.blogspot.fr

Aucun commentaire: