samedi 18 novembre 2017

Robert Pattinson parle de sa préparation pour Good Time dans une nouvelle interview avec The Belfast Telegraph


Traduction :

Robert Pattinson s'est jeté dans le monde dur et tumultueux du Queens pour le thriller Good time - essayant même de se faire passer pour son personnage en public hors caméra. L'acteur connu pour être discret a raconté à Georgia Humphreys comment il s'est perdu dans le rôle. 

Robert Pattinson a peut-être un visage célèbre, mais il préférerait que vous n'y prêtiez pas attention. Il aime tellement être incognito qu'il a changé son apparence autant que possible depuis qu'il est devenu une super star mondiale dans la saga Twilight - la saga de films fantastiques basée sur les livres de l'auteur américain Stephanie Meyer, dans lequel il jouait le vampire Edward Cullen - et il a souvent adopté un look de sans abri chic.

Aujourd'hui, sa fameuse chevelure, si convoitée quand il jouait Edward, est coupée en brosse.

Pour son dernier rôle, le drame frénétique se passant à New York, Good Time, ils sont complètement décolorés.

Mais même avec un tel engagement à se glisser dans le personnage de Constantine 'Connie' Nikas, Pattinson, 31 ans, est toujours confronté au défi d'être repéré par les fans.

"J'ai essayé de disparaître dans Connie afin d'être invisible dans la rue quand nous avons commencé à tourner," dit-il, se rappelant avoir improvisé en public - avec son partenaire Benny Safdie - avant que les caméras ne commencent à tourner.

"Je n'arrêtais pas de penser que les gens me repéreraient. Une grande partie de ma préparation pour Good Time consistait à essayer de ne pas penser au fait d'être célèbre. "




"J'étais constamment inquiet d'être reconnu dans les rues de New York et que la réalité du film s'effondre."

Le fait que l'idole des adolescent soit si notoirement privée est impressionnant quand on considère la taille du phénomène qu'a été la saga Twilight - remportant pas moins de 2.5 milliards de livre au box-office mondial et lui valant le surnom 'R-Patz' de la part de ses légions de fans.

L'acteur né à Londres a fait parler de lui pour sa relation avec sa partenaire dans Twilight, Kristen Stewart (qui jouait à l'écran son amoureuse, Bella Swan) - surtout quand des photos d'elle entrain de le tromper avec le réalisateur de Blanche neige et le chasseur, Rupert Sanders, ont émergé en 2012.

Elle a présenté des excuses publiques à Pattinson, mais le couple s'est séparé plus tard et il est redevenu une star insaisissable.

Il a depuis été lié romantiquement parlant avec une autre star de renom, la chanteuse nommée au prix Mercury, FKA Twigs (de son vrai nom Tahliah Debrett Barnett), mais il y a eu peu de photos de tapis rouges. Au travail, ces dernières années ont vu Pattinson, qui est apparu sur grand écran dans le rôle de Cédric Diggory dans la saga Harry Potter, se concentrer sur des projets plus ambitieux, tels que le drame Remember Me, le thriller Cosmopolis et le film d'aventure épique The Lost City of Z.

Sans doute, aucun mouvement dans sa carrière ne l'a autant éloigné de ses jours Edward Cullen que Good Time cependant.

Le récit rapide, qui se passe sur une nuit, suit Connie essayant désespérément de faire sortir son frère handicapé Nick (joué par le co-réalisateur Benny Safdie) de prison, après que leur tentative de braquage de banque ait mal tourné.

Connis a demandé l'aide de son frère pour le crime, dans l'espoir de le pousser dans des situations "normales" et sa détermination à ne pas permettre à son frère d'être défini par son handicap est un thème courant tout au long du film.

Pattinson est rapidement d'accord pour dire que ne pas vouloir être défini par une chose particulière  est quelque chose qu'il a déjà affronté en tant qu'acteur.

"La plupart des gens trouvent leur identité très importante et essentielle pour eux," dit-il.

"L'idée d'essayer de rejeter n'importe quel type d'identité ou de dire "Oui, mon passé ne veut absolument rien dire pour la personne que je suis en ce moment,"... c'est comme si chaque décision que j'ai prise, vous devez l'ignorer et vous devez me juger sur ce que je fais en ce moment."

"Je veux dire, c'est un peu fou, mais je peux, à bien des égards, m'identifier à cela et il y a une manie là-dedans, ce qu'on retrouve dans le personnage de Connie également."

"Mais oui, c'est une chose inhabituelle de ne pas vouloir être défini."

Pour Pattinson, le désir de travailler avec les réalisateur Josh et Benny Safdie est venu après avoir été transpercé par une photo promotionnelle "magique" de leur précédent film, Heaven Knows What, montrant sa vedette, Arielle Holmes, baignée par des néons roses.

Après avoir été approché par Pattinson au sujet de leur style unique, les frères ont décidé de faire le rôle de Connie spécifiquement pour lui, et le résultat est une montre gonflée d'adrénaline - alors que Connie fonce pour se sauver lui et son frère, une série d'accidents voit sa mission devenir de plus en plus dangereuse.

Le film a reçu une standing ovation de 6 minutes après sa première au festival du film de Cannes, certains spectateurs ayant qualifié la performance de Pattinson valable pour les Oscars. Est-ce que se perdre dans ce rôle est venu naturellement à l'acteur ?

"Vous essayez toujours (de vous perdre dans le rôle)," dit-il. "Je pense que la façon dont Josh et Ronnie (Bronstein, le co-scénariste de Good Time) ont écrit, et aussi la façon dont ils ont mis en place l'environnement... l'environnement quand vous filmez, ça a une portée beaucoup plus large que ce que vous trouvez normalement."

"Et aussi l'énergie que tout le monde avait dans l'équipe, on avait pas l'impression que le monde du film se terminait."

"Normalement, vous faites une prise et tout le monde est sur instagram et bla, bla, bla. Alors que là, toute l'équipe avait l'impression d'être dedans, donc vous ne quittiez pas vraiment le personnage."

Pattinson s'est préparé à tout quand il était sur le tournage - souvent entrain de dire un dialogue qui avait été écrit seulement 5 minutes plus tôt.

L'approche des frères safdie est tellement pratique qu'ils ont bloqué une rue à quarte voies au milieu de la journée pour tourner une poursuite  pour laquelle ils n'avaient pas d'autorisation.

"Il y avait tellement de moments où ils étaient intrépides comme ça," dit l'acteur.

Alors que Pattinson se tient souvent à l'écart de l'excitation de la vie du showbiz, il semble que la manière de filmer frénétique des frères Safdie est quelque chose qu'il admire.

"Ce sont des gens qui prospèrent dans le chaos, ce qui est une qualité spéciale pour des réalisateurs," explique-t-il.

"Parfois je me demande s'ils provoquent eux-mêmes le chaos, car ils semblent en profiter tout autant."

"Ils ont une combinaison magique entre une confiance extrême en eux-mêmes et la capacité de la sauvegarder, ce qui est rare."

Source Via

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: