samedi 9 août 2014

Interview de Robert Pattinson avec Channel 4 News - Press Junket UK de The Rover( Vidéo + traduction)

Interview complète avec channel 4 News



Pour lire la traduction complète , cliquez ci dessous





Journ: The Rover est génial mais sombre. C'est un film violent. J'ai lutté pour arriver au moment de rédemption. C'était comment de le tourner?

Rob: Tout le monde me dit que c'est sombre mais mon rôle dans ma tête.... Il a eu une vie tellement horrible avant que ne commence l'histoire. Mais c'est le moment le plus heureux de sa vie

Jour: Il a eu une vie horrible.

Rob: Pour moi, c'est juste un road trip avec un nouvel ami.

Journ: Oui on sent vraiment qu'il voit le personnage de Guy Pearce comme son nouvel ami. Il devient vraiment lui même.

Rob: Oui. Je pense qu'il est pour Guy... Il a tellement été malmené par les gens qu'il n'a jamais connu un autre aspect de sa vie. Dès qu'il ouvre la bouche, les gens lui disent de la fermer et lui foutent des claques tout au long de sa vie. Même si Guy... Pas Guy , Eric, même si c'est de façon agressive, il lui donne un peu d'estime de soi. Il le force à parler par lui même et à penser par lui même. Le mécanisme que Rey est.. il a toujours le chien qui embêtait tout le monde. C'est donc satisfaisant de tenter de plaire à quelqu'un d'autre.

Journ: C'était satisfaisant à jouer?

Rob: Tout à fait. C'est un de ces rôles marrants à jouer. Il n'y avait aucune indication sur comment l'interpréter donc j'arrivais au boulot sans savoir ce que j'allais faire. Surtout avec Guy...Je ne savais jamais ce que Guy allait faire non plus. C'était donc assez excitant à jouer.

Journ: Ce fim n'aurait pas pu être plus différent de Twilight en ce sens.

Rob: Oui il n'aurait pas pu être plus différent.

Journ: C'est dur à voir mais avez vous anticipé que le public de Twilight allait vous suivre? Avez vous suivi cette relation.?

Rob: Non pas du tout. Je n'ai jamais tenté d'avoir un public dans un premier temps , c'est juste de la chance. Je pense que le film était intéressant. Je pensais que ça l'était pour le premier Twilight. Il y a un truc intéressant dedans. J'auditionnais pour tout. Vous faisiez les rôles que vous arriviez à avoir et vous faisiez la plupart d'entre eux. Je ne sais pas. Je pense que c'est impossible de savoir ce que pense un public. Je ne sais pas ce que les gens peuvent penser. Ma seule... je ne pense qu'à une chose: si vous faites les choses pour les bonnes raisons comme des films qui sont des défis., que vous ne le faites pas que pour l'argent ou tout autre raison, vous pouvez espérer qu'au moins une personne l'aime. Mais vous ne pouvez pas prédire ce qu'un public va faire.

Journ: Et à un moment donné, avez vous vu où allez vous mener Twilight et ce que ça vous apporterez?

Rob: Non je ne sais toujours pas où ça m'a mené à vrai dire. Je pense que....J'ai tenté... j'y ai été un peu attaché quand ça a commencé à vraiment exploser car je ne voulais pas devenir fou. J'étais plus un spectateur de cette situation. J'étais un passant.

Journ: Et quand vous le regardez de ce point de vue de spectateur, vous le considérez avec tendresse pour cette expérience. Ca vous a fait gagner de l'argent...
Rob: C'était génial.

Journ: Du pouvoir...

Rob: Toute cette expérience était géniale. Et les films étaient aussi marrants à faire. C'est toute cette situation qui est marrante. On ne croit que la moitié des trucs qui se passent. Le stade Olympique de Munich...J'avais 22 ans et il y avait 40 000 personnes. On était supposé faire un Q&A et ces 40 000 personnes ne faisaient que hurler. On se disait "Pourquoi? Que se passe t-il?". J'ai toujours eu des expériences absolument étranges que vraiment très peu de personnes ont pu vivre. C'était vraiment super marrant mais intense.

Journ: Comment avez vous fait pour ne pas devenir fou?

Rob: J'ai juste pensé au côté surréaliste de la chose. Je ne me considérais même pas comme un acteur. Je ne faisais jusqu'alors que du théâtre. En fait mon prof de théâtre m'avait dit de ne pas le faire.

Journ: Vous avez réussi , c'est bon.

Rob: Oui ça semblait être la chose la plus folle au monde. Maintenant quand on vous offre l'opportunité de faire des choses, je me refais ma vidéothèque de quand j'avais 17 ans travaillant avec des personnes que j'aimais quand j'étais enfant.

Journ: Cette célébrité qui est pour vous à un niveau extraordinaire. On peut dire que vous êtes assez populaire avec les jeunes filles. Diriez vous que c'est un avantage ou un fardeau?

Rob: Ca dépend. Je ne sais pas vraiment. Il y a sans conteste des aspects marrants . Mais c'est un peu un mélange. Je ne sais pas l'impact que ça a professionnellement parlant mais je suppose que je travaillais avant et je passais des auditions . Je ne sais pas si c'est plus facile d'avoir des rôles car je continue d'auditionner comme pour celui ci. Je continue d'auditionner.

Journ: Mais vous êtes dans la position où vous pouvez passer un coup de fil si vous aimez quelque chose à présent ce qui n'était pas le cas au début.

Rob: Pas vraiment car les gens avec lesquels vous voulez vraiment travailler ne voudrait pas le faire pour cette raison. Je pense que j'aurais le financement si je faisais un film quasiment semblable à Twilight. J'aurais sans doute le financement. Mais les gens pour qui je veux travailler... je n'ai pas encore fait mes preuves dans divers environnements. Je voudrais que les gens veulent m'auditionner. Donc je ne pense pas que ça a vraiment changé les choses.

Journ: En termes de... il n'y a pas de grande empathie pour les stars de cinéma qui sont pourchassés par des milliers de jeunes fille ou les paparazzis. Mais vivre ça doit être assez assez ardu parfois

Rob: Mais tout le monde a des aspects minables dans sa vie. Je me suis rendu compte ces dernières années, si vous vous plaignez, vous recevez du vitriol . "Comment oses tu te plaindre de quelque chose?". Je pense que ce que les gens ne comprennent pas c'est que les acteurs disent des choses dans leur interview et ils se plaignent et chouinent de la même façon qu'on le fait avec n'importe quel métier.Vous ne vous en rendez pas compte. La plupart du temps les gens ne se rendent pas compte qu'ils font une interview.

Journ: Ca semble assez difficile même si vous appréciez là où vous vivez quand vous n'êtes pas harcelé.
Rob: C'est ce qui est ennuyeux avec Londres car les gens restent sur le pas de votre porte. Il n'y a pas de résidence fermée à Londres, ce qui a complétement changé ma vie à LA. Quand des gens étaient devant chez moi , je perdais la boule et à présent c'est...

Journ: C'est comment en ce moment d'être assis dans votre maison?

Rob: C'est une prison. C'est un peu comme....Il y a environ 5 voitures devant la maison et c'est vraiment 24H/24. C'est de la folie. Vous êtes aussi désespéré. Et aussi le fait d'être un mec , ça vous castre le fait de savoir qu'il y a des gens qui peuvent vous voir et vous faire ce que vous voulez alors que vous ne pouvez rien faire du tout. Tout ce à quoi vous penser c'est leur foutre un coup de poing dans la tronche. Et ils ne cherchent que ça.

Journ: Qu'entendez vous par des mecs qui ne veulent que ça?

Rob: C'est sûr à 100%. Ils ne cherchent que ça. Ceux ne sont que des harceleurs avec des appareils photos et ils vous disent "Oh je ne suis pas un harceleur , je suis un paparazzi."Oh oui la différence est énorme. Mais ... oui vous tentez de découvrir des moyens de gérer ça. Je ne sors plus. Je ne sors plus dans les endroits où il a des photographes.

JOurn: Ca doit vous limiter considérablement.

Rob: Oui ça l'est mais c'est...... c'est une anxiété dont vous vous débarrassez. Ne pas avoir à regarder derrière vous à chaque fois. C'est bien plus convenable qu'il n'y a deux ans.

Journ: Ca ne vous donne pas l'impression d'être dans une prison?

Rob: Oui mais c'est une prison que vous choisissez. Et tout le monde est un peu dans une sorte de prison. C'est plus une....J'aime le fait que ma prison est celle que j'ai décorée.

Journ: C'est intéressant de regarder le film car il a été tourné dans l'Outback à des kilomètres de tout. Vous vivez dans un conteneur à bateaux entouré de mouches. Ca a l'air d'être l'enfer mais vous semblez avoir aimé ça.?

Rob: Oui c'était génial. Ce qui est marrant en prenant de l'âge... cet aspect... rien que d'avoir ce côté anonyme. C'est dur de se rendre compte la valeur de ce côté anonyme. Rien que se balader dans la rue et ne se soucier de rien. C'est tellement incroyablement important. Rien d'autre n'a d'importance. Vous n'avez besoin de rien d'autre.

Journ: Vous n'aviez pas grand chose là bas on dirait.

Rob: Non rien mais être debout et regarder à des kilomètres à la ronde e en sachant que vous faites ce que vous voulez et qu'il n'y a personne pour en être témoin. Vous pouvez être vous même. C'est génial.

Journ: Etait ce exaltant dans un sens?

Rob: Oh oui j'étais si heureux là bas. Je pense que c'est différent s'il n'y a pas une équipe avec vous . Je me disais que je resterais là bas une semaine de plus et je me suis rendu compte que ce serait sans doute une situation différente. Il n'y aurait eu que moi.

Journ: Ca aurait été étrange.

Rob: J'aurais vraiment été tout seul. Mais oui ça a été géniale de tourner là bas.

Journ: D'une certaine façon..les énormes stars et c'est toujours comme ça que les fans vous ont suivi mais pensez vous que les réseaux sociaux ont fait empirer les choses? Quelqu'un vous voit et à peine une minute plus tard, il y a 100 000 personnes pour vous sans doute et peu importe où vous êtes.

Rob: Ca a vraiment changé les choses quand Twitter est devenu important. Ca existait autrefois mais là c'est peu importe ce que vous faites. Et les téléphones avec appareil photo intégré ça a tout changé aussi. Oui ça a vraiment changé les choses de manière remarquable.

Journ: Vous savez sans doute comment sont les gens virtuels quand ils se plaignent ou quant on en parle. Je suppose que l'argument est le suivant: vous gagnez beaucoup d'argent et c'est le prix à payer.

Rob: Oui... littéralement ...Les gens sont comme ça... je ne suis pas sûr que les commentaires sur internet sont ceux de véritables personnes. C'est une machine qui les mets. Je n'ai jamais rencontré quelqu"un qui ait fait un commentaire sur quel que sujet que ce soit sur internet.

Journ: Evitez vous de les lire à présent?

Rob: C'est impossible de ne pas le faire. Si quelqu'un est dans la pièce d'à côté et chuchote à votre sujet, vous l'écoutez . Mais en même temps, je n'essaie pas de changer l'opinion de personnes en particulier. Ce que j'ai compris au fil des ans c'est que je m'en fiche. Vous prêtez attention à ce que les gens disent mais vous ne... quand quelqu'un a dit ça , vous ne voulez pas qu'il vous apprécie de toute façon. Vous voulez juste les juger en retour.

Journ: Vous avez vécu une rupture aux yeux de tous. Ca a fait empirer les choses ou ça ne comptait pas?

Rob: Non , c'est assez....C'est la même chose. Votre réalité est tellement détachée de tout ça. C'est une situation complétement différente. La seule connexion avec la réalité c'est quand une histoire sort, il y a plus de paparazzi dans les environs. Ca devient plus intense mais il n'y a pas ... les gens ne savent rien de vous en fait. J'ai vraiment essayé de faire ça. J'ai tout fait pour ne pas mélanger ma vraie vie et mon personnage publique.

Journ: Dû au fait d'être pourchassé même sur les routes et de tout tenter pour ne pas l'être, ça vous rend seul?

Rob: ??????? Les gens parlent de choses et ils inventent des trucs. Il y a quelques endroits à LA où on peut être tranquilles et on y va donc.

Journ: Vous parlez de la difficulté de vive là et on en a parlé dans le passé du fait que vous aimiez les gens qui font des choses et que c'est très difficile en Angleterre. Est ce que certains de vos amis ont dû abandonner car c'était trop difficile? Qu'entendez vous par là?

Rob: C'est cher. C'est pour ça que j'ai remarqué ... mes amis font de la musique ou autre , je suppose que.. et c'est uniquement dans l'industrie du divertissement. Si vous sortez à LA, dès que vous sortez il y a quelqu'un à qui il arrive quelque chose. Alors que l'industrie à Londres, c'est tellement cher de faire un concert ou un truc. C'est juste difficile de mettre les choses en place. C'est ce que j'ai découvert quand je suis arrivé il y a 6 ans donc ça a peut être changé depuis. J'ai remarqué ça et c'est triste. Je me souviens quand j'avais 18 ans... ça a peut être changé mais quand j'avais 18 ans on sentait cette énergie où on pouvait faire des choses mais quelques années plus tard, c'est devenu tellement cher. Personne ne pouvait avoir son appartement ou autre.

Journ: Vous pensez que ça tue la créativité?

Rob: Bien sûr. Je me souviens.. à chaque fois qu'il y a un nouveau .. même pour une île....Je me souviens quand j'avais 18 ou 19 ans, on pouvait vivre dans un studio d'artiste et maintenant les appartements coûtent des millions de livres sterling. Tout coûte un million de livres sterling. Peut être que je ne sais plus où se situent les studios d'art cool.

Journ: Merci beaucoup d'avoir été avec nous.

Rob: Merci beaucoup.

Journ: Merci.


source @melcitron
Traduction Ptiteaurel@therpattzrobertpattinson.blogspot.fr

Aucun commentaire: