samedi 23 août 2014

Interview de Robert Pattinson avec RTE (Traduction)

Avec The Rover dans les cinémas Vendredi 15 Août, Robert Pattinson parle de son travail avec son collègue Guy Pearce dans l'Outback.

Comment était-ce de tourner dans l'Australie rurale ?

Robert Pattinson : Pour moi c'était vraiment marrant. C'était en quelque sorte relaxant. J'ai adoré tourné là-bas. Il n'y avait pas de pression, et personne dans les environs.

Était-ce un soulagement de s'éloigner des gens ?
Ouais, juste en termes de performances. J'aime faire des petites choses avant une prise, pour rester un peu dans le personnage et si vous avez tout un tas de gens qui essayent de prendre une photo de vous entrain de faire une tête stupide ou quelque chose, alors vous l'avez constamment en tête et vous n'êtes pas vraiment dans ce que vous faites. Là-bas vous pouviez faire n'importe quoi. Ils peuvent penser que vous êtes bizarres, ce mec faisant tous ces trucs bizarres (rires), mais c'était très libérateur. 



Avez-vous apprécié jouer un personnage moins beau ?

Ouais, je veux dire, ça enlève les contraintes. Si quelqu'un dit, 'Vous devez avoir l'air joli!' pour une chose vous avez l'air un peu idiot, car vous êtes un gars et ensuite vous pensez à des choses qui ne veulent pas dire grand chose - vous ne faites que poser. Aussitôt que vous faîtes disparaitre votre vanité, alors c'est une sorte de soulagement.

Comment décririez-vous les thèmes de The Rover ?
Je pense que c'est juste une histoire sur des survivants. Je pense que ce sont des gens simples dans des circonstances extraordinaires. Ils essayent de trouver comment vivre quand il ne semble plus y avoir beaucoup d'espoir. Il n'y a pas l'air d'avoir de chose à faire demain, donc qu'est ce que vous êtes supposés faire durant votre journée ? Même le gang dans lequel je suis, ils volent l'argent et il n'y a rien pour l'utiliser (rires). Eric [Guy Pearce] dit, 'Ça n'a pas de valeur, c'est juste du papier.' C'est très difficile de savoir pourquoi on doit continuer à vivre si tout semble totalement inutile, et pourtant les gens le font.

Avez-vous aimé travaillé avec Guy sur ce film ?
Ouais c'était génial. Car toute l'équipe restait au même endroit et il n'y avait rien d'autre à faire, nous vivions dans un pub (rires). C'est ennuyeux - Si vous êtes dans une ville inconnue et que tout les gens avec qui vous travaillez viennent de cette ville, ils rentrent tous à la maison, donc vous êtes coincés dans votre hôtel. Lorsque vous pouvez sortir avec un tas de nouvelles personnes, vous vous rapprochez d'eux très rapidement, surtout quand il n'y rien d'autre à faire. C'est vraiment amusant. Je n'avais pas fait ça depuis longtemps. J'ai eu une expérience fantastique en faisant ce film.

Diriez vous que le film à une lecture politique ? Ça se passe après un effondrement de l'économie...
Ouais, je veux dire, il y a sans aucun doute un message qui ressort du film. Il y avait des manifestations physiques bizarres à ce sujet quand nous tournions. Si vous regardez certaines prises, il y avait ces mines massives bizarres, qui sont encore enfouies, mais ils ont surtout dévasté le paysage. Vous êtes la, à regarder et il n'y a plus de faune sauvage - rien ne sera en mesure de pousser dans ces endroits durant des centaines d'années. Et ce n'est pas seulement ce petit morceau de terre : tout est détruit autour, même si ça n'en a pas l'air. Vous vous dîtes, 'Pourquoi ? - pour que nous puissions nous assoir et jouer aux jeux vidéos ?'

Source

Traduction sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: