jeudi 3 juillet 2014

Interview de Robert Pattinson avec Cosas.com (traduction)

Une grande partie de l'interview reprenant ce que nous avons déjà pu lire dans d'autres interviews, seuls les passages contenant des nouveautés ont été traduit.

 Vous ne vivez pas dans votre maison ?
Je l'ai vendu et ensuite j'ai réalisé que j'étais devenu sans-abri (rires). Pendant 6 mois, j'ai vécu dans la maison d'amis dans lesquels je venais avec mes trois matelas gonflables. J'ai vendu ma maison car je suis trop jeune pour gérer les problèmes de plomberie et ce genre de chose (rires). Je pourrais vivre dans une cellule s'il y a une fenêtre.

Après avoir tourné un film aussi sombre et apocalyptique que "The Rover", prévoyez-vous d'avoir des enfants un jour ?

Je crois que l'humanité reste la même génération après génération. Et tout ceux qui ont prédit la fin du monde avaient tord. Je pense que l'homme est fondamentalement bon et ça ne me poserait pas de problèmes d'avoir des enfants, mais peut-être que c'est parce que je suis ignorant aussi. Je vis une vie très simple, nageant dans ma piscine toute la journée (rires).


 
N'êtes vous vraiment pas effrayé par le réchauffement climatique et ses conséquences ?
J'ai une foi aveugle en l'humanité et je pense que les gens ne changeront pas. C'est très difficile d'accepter que durant ma génération nos espèces seront en extinction. Je pense qu'à la fin, la plupart verront la lumière et auront une fin heureuse. Les gens n'aiment pas les bonnes nouvelles, les mauvaises nouvelles font vendre plus de journaux. Prédire la fin ne produit pas de résultats; cependant, si vous avez de l'espoir, peut-être que l'on peut réaliser quelque chose.

Quelle est votre pire expérience avec les paparazzis ?
Une fois, j'ai été poursuivi par 8 voitures durant 10 heures, je ne savais pas quoi faire. Ils voulaient savoir où je vivais et j'ai essayé de les induire en erreur.

Comment gérer vous la célébrité ?
Dès le début je l'ai dissocié. Je l'ai juste vu comme une partie du travail. Il y a quelques années, j'ai un peu lutté car ma vie s'était réduite et je ne pouvais plus faire beaucoup des choses dont j'avais l'habitude, mais une fois que j'ai dépassé ça, il y a un an ou deux, j'ai simplement accepté que ma vie était différente et maintenant je ne me souviens plus vraiment de comment c'était avant. Donc c'est plus simple à gérer.

Avez-vous toujours eu envie d'être acteur ?
Je n'étais pas un enfant-acteur. Je n'avais pas de cours d'art dramatique à l'école. Quand j'ai eu 15 ans, j'ai rejoint un club de théâtre à cause d'une fille que j'aimais bien. J'ai travaillé en tant que scénariste, je n'ai jamais eu l'intention de jouer. Ils ont mis en scène "Guys and Dolls" et ensuite j'ai vraiment eu envie d'incarner le personnage de Nathan Detroit, ça m’obsédait. Je n'ai pas eu le rôle, mais j'ai fini par jouer un danseur cubain. Et puis dans la pièce "Our Town" de Thorton Wilder, j'ai eu le rôle principal; il y avait un agent dans le public qui m'a demandé de me représenter. Ensuite j'ai fait "Vanity fair" avec Reese Witherspoon et après "Harry Potter et la coupe de feu" où je jouais Cedric Diggory.

Quel type de film aimez-vous ?
Je suis amateur de cinéma depuis mon adolescence et même avant. Quand je choisi un scénario, ce n'est pas grave si mon rôle est petit, comme par exemple quand j'ai travaillé 10 jours avec Werner Herzog. Mais pour me distraire je regarde tout.

Comment envisagez-vous votre carrière dans le futur ?

Je ne sais pas. Je n'ai jamais été guidé par ce que le public veut ou ce que les critiques disent; vous ne pouvez pas plaire à tout le monde. Ce qui me rend le plus heureux c'est de travailler avec des gens qui sont passionnés par leurs films comme Werner Herzog ou David Cronenberg, ou Michod. Depuis que j'ai 16 ans je voulais travailler avec Herzog. Je veux continuer à faire des projets ambitieux, qui m'excitent, même si je ne sais pas comment le public partagera mes intérêts. Cela ne m'intéresse pas de devenir une "star d'hollywood".

Que pensez-vous de David Cronenberg ?
Quand j'ai fait "Cosmopolis" quelque chose à changé dans mon esprit et je savais que je ferais n'importe quel film avec lui dans le futur, sans même lire le scénario. J'aime la manière dont il fait face à ses films et à la vie, c'est une personne très sage. Je suis heureux d'avoir travaillé avec David sur "Maps To The Stars". 


Traduction Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: