jeudi 14 septembre 2017

Interview de Robert Pattinson avec le magazine Esquire UK

Après avoir découvert les magnifiques photos du shooting, voici enfin l'interview !


Update : Ajout des scans du magazine :

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Traduction :

Les matériaux plus sombres de Robert Pattinson

Trois ans après sa dernière rencontre avec Esquire, Robert Pattinson continue à se redéfinir comme un acteur expressif au-delà de l'hystérie du héros des jeunes au début de sa carrière. Dans son nouveau film, le thriller Good time, il trouve la rédemption dans le rôle d'un criminel sans cœur et réalise l'impossible presque surnaturel - marché dans New York sans être reconnu. 




Lors du tournage de son dernier film, Good Time, dans le Queens l'année dernière, Robert Pattinson commencerait la journée en courant. Et il serait reconnu, comme toujours. Telle est la vie de l'acteur de 31 ans anciennement connu sous le nom d'Edward Cullen, le vampire troublant dans les films Twilight. Durant plus de cinq films en cinq ans, il a inspiré une telle hystérie, plus que tout autre star de sa génération il est devenu le prisonnier de sa propre célébrité. Il a été forcé de vendre sa maison à Griffith Park à Los Angeles, car les paparazzi étaient à sa porte. Ils l'ont suivi partout, entraînant des méthodes à la Jason Bournes, comme échanger ses vêtements avec ses amis et ses assistants dans les toilettes des restaurants, en les envoyant dans des voitures leurres, jusqu'à cinq à la fois. Et s'il échouait, si un seul tweet dévoilait sa localisation, alors une armée de paparazzi et de Twi-hars, folle et criante, galoperait à l'horizon comme une horde de Dothraki. 

Mais après chaque footing, quelque chose d'extraordinaire est arrivé. Il est sorti en costume dans la peau de son personnage dans Good Time, Connie Nikas, un criminel grec-américain du Queens, et juste comme ça, l'attention disparaissait. Il pouvait marcher dans les rues indifférent. Ce dernier film est sa meilleure performance, un film électrique et sous adrénaline qui l'établira comme l'un des acteurs les plus importants de la journée. Mais ce don d'anonymat peut être tout aussi précieux. Good Time va mettre le nom de Pattinson sous la lumière tout en l'aidant à se fondre dans la masse. Le tournage lui a rendu sa vie. Il a donné les clés au prisonnier, car dans la peau de Nikas, Pattinson pouvait à nouveau se déplacer à travers le monde. Il était libre. 

"C'était incroyable. Une cape d'invisibilité," dit-il. "Je me suis toujours demandé ce que vous pouvez faire, juste une chose simple à votre visage afin de pouvoir... exister dans le monde. Et maintenant je sais. Teintez votre barbe et mettez ces cicatrices d'acné et les gens vous regarderont bien en face et il n y aura pas une lueur de reconnaissance. C'est fascinant. En plus des boucles d'oreilles, il y a quelque chose avec les boucles d'oreilles avec des faux diamants. "

Il ressemble un peu à Connie Nikas aujourd'hui en fait. Nous sommes dans un club privé à West Hollywood et il porte une veste de sport sur un sweet à capuche, peu importe si c'est en plein été. La veste est une Lacoste, je lui dis que c'est très Hypster. Et il rit. 

"Est-ce que quelqu'un n'est pas un hypster maintenant ? Je pense que c'est simplement une culture normale," dit-il. "Quoi qu'il en soit, je l'ai trouvé sur eBay donc, vous savez... Je serais cool si je l'avais depuis l'école, genre "Je l'ai depuis des annéees. Je m'habille toujours comme lorsque j'avais 12 ans.' ha ha ha !"

Il à l'air heureux, dynamique, volubile. Les mains se déplacent, le Lacoste bruit, il mâche un cure-dent et rejette la tête en arrière en riant. Il ressemble à un gars qui a fait un pari avec lui même et a gagné, ce qu'il a fait. Et il est ici pour nous le dire : poursuivez ce que vous voulez dans la vie, prenez des risques, qu'importe ce que les gens pensent à la fin. C'est votre vie, pas la leur. 

La dernière fois que j'ai vu Pattinson pour Esquire, il y a trois ans, il venait seulement de faire ce pari. Il est venu chez moi pour le déjeuner t nous avons fait un barbecue, il y avait des bières - des choses que ne font jamais les célébrités - et nous avons parlé de The Rover, un film qu'il a fait avec le réalisateur David Michôd (Animal Kingdom). C'était sa première étape majeure sur la route loin de Twilight et vers Good Time, une vie qu'il voulait réellement. Il a fait un pacte avec lui-même pour ne choisir que des rôles qui ne ressemblaient pas à ce qu'il a fait auparavant, qui élargiraient son horizon en tant qu'acteur et être humain, et de travailler seulement avec des auteurs qu'il adore, sans compromis. Donc après Twilight, son CV réunit juste un auteur après l'autre, dans une série de films qui ne font pas d'argent mais qui convainquent toujours. Outre The Rover, il y a son second film avec David Cronenberg, Maps to The Stars en 2014, The Childhood of a leader réalisé par son ami Brady Corbet, The Lost City of Z avec le cinéaste James Gray, sans parler des Frères Safdie, Josh et Benny qui ont fait Good Time. 

De retour en 2014, il vivait à côté de l’imprésario du Rap Suge Knight dans une communauté fermée sur Mulholland Drive, toujours pour se cacher des fans de Twilight. Il vivait une vie recluse, avec juste un bateau gonflable et un assistant comme compagnie. "Aww, mon assistant me manque," dit-il. "Maintenant c'est un agent immobilier à Phoenix. Je ne pouvais pas le garder. 'Tout ce que vous faites c'est de jouer aux jeux vidéo !'" La plupart du temps Pattinson passait son temps dans une pièce, à regarder des films et lire des livres, comme aujourd'hui. 

"Probablement mon meilleur souvenir dans cette maison a été de regarder les trois premières saisons de Games of Thrones en 4 jours." Il rit. "C'est nul que ce soit mon meilleur souvenir !"

Il rêvait de s'échapper. #Vanlife sur Instagram est devenue une obsession, les articles célébrant le nouveau monde hippie de jeunes surfeurs vivant librement dans des vans, libérés des possessions matérielles en dehors d'un hamac, d'un livre de poésie et d'un téléphone portable pour télécharger des selfies afin d'exaspérer des gens enfermés dans leurs bureaux. 

"Je l'ai presque fait," dit Pattinson. "J'étais partant à 100% pour vivre dans un van, mais pas n'importe quel van - une camionnette discrète ! C'est un créneau spécial, pas comme de vivre dans une remorque. Ces vans ressemblent à des camionnettes normales, donc vous pouvez vous garer dans la rue, mettre un panneau disant que vous êtes plombier ou autre et personne ne le remarquera."

La vie en camionnette promet l'anonymat, la liberté, la mobilité, toutes les choses qui lui manquait et qu'il voulait. 

"C'est ce truc, où vous voulez simplement partir en plein milieu de la nuit et conduire jusqu'au Nebraska," dit-il. "Et avec l'énergie solaire, vous êtes complètement hors du réseau. J'adorerais ça. Et Je me disais, je suis encore jeune, c'est ma chance..."

Donc il s'est renseigné. Le Mercedes-Benz Sprinter avait l'air bien ordonné; il y avait des toilettes et une douche à l'arrière. Mais non. 

"Le Sprinter était trop chic. Cela attire l'attention. Donc j'ai visité différentes compagnies pour équiper des camionnettes normales mais c'était compliqué," dit-il. "Une fois que vous construisez des toilettes et une douche vous même, vous ne pouvez pas l'assurer et bla bla bla."

Pourtant, il ne l'a pas exclu. Un jour peut-être. Pour l'instant cependant, au lieu du Nebraska, il a déménagé à cinq minutes de la route, dans une autre maison isolée dans les collines. Seulement cette fois ce n'est pas une expérience spartiate. Il vit avec "Twigs" alias FKA Twigs, la chanteuse britannique et leur petit chien Solo. Il ne parlera pas d'elle, même s'ils sont peut-être fiancés après 3 ans ensemble. Et on ne peut pas le blâmer; les Twi-hard l'ont déjà soumis à un torrent d'insultes racistes. Ce qui explique en partie pourquoi ils passent la moitié de leur temps à Londres, près de Hackney Downs (niveau hispter : élevé). Pattinson se fait beaucoup moins harcelé chez lui. "Je me promène en vélo," dit-il, "donc je suis pratiquement un fantôme."

Il était à fond dans le #vanlife quand il a vu une photo du film de 2014 des frères Safdie, Heaven Knows What. C'était juste un gros plan de l'actrice Arielle Holmes dans une lumière rose/bleue, ses yeux défoncés par l'héroïne; elle jouait une droguée SDF, une vie qu'elle a mené jusqu'à ce que Josh Safdie l'a approché dans le métro à Manhattan et lui a demandé de faire un film sur elle. Le réalisme est palpable. Et Pattinson a accroché dès le départ : il devait travailler avec ces personnes. 

"C'était tellement cool, cette photo, elle avait une ambiance étonnante, mais en plus ils sont américain. Normalement avec une image comme celle-ci, le réalisateur s'avère être tchèque ou quelque chose comme ça," dit-il. "Et mes agents n'avaient pas entendu parler d'eux non plus, donc je savais que j'avais trouvé quelque chose avant les autres." C'est ce que Pattinson aime plus que tout - faire des découvertes. 

Sans même avoir vu le film, il a écrit aux Safdie un email riche en compliments, un stratagème éprouvée. "Je dis essentiellement 'Ecoutez, je ne joue pas. J'aime peu de choses et j'aime ce que vous avez fait, je trouve que c'est bon et je sais simplement!' Et après ça je les ai appelé à plusieurs reprises."

Il a fait ça avec James Gray, avec la réalisatrice française Claire Denis (qui écrit et réalise son prochain film High Life). C'est une stratégie gagnante. "J'ai réalisé il y a 4 ans que c'était la meilleure façon de le faire. Je ne le dit même pas à mes agents."

Au départ Josh Safdie était hésitant. Il travaillait sur un film sur le quartier des Diamants à New York et Pattinson ne collait pas. Mais ça a fait tilt et une fois qu'ils se sont rencontrés, Josh a vu quelque chose "Il a les vibrations d'un vétéran de guerre blessé, comme s'il avait eu un traumatisme majeur dans sa vie et il essaie constamment de ne pas être vu. J'ai trouvé que c'était parfait pour un mec en fuite." Donc les Safdie ont créé un projet pour Pattinson, essentiellement en lui écrivant un film.

"Le truc avec Josh et Benny," dit Pattinson, "c'est leur énergie et leur ligne de conduite. C'est étonnant. Et c'est ce que l'on ressent avec leurs films, comme s'il y avait trop de carburant dans la voiture ! Je voulais cette énergie, quelque chose de super cinétique. J'ai fait beaucoup de choses réactives avant, donc je voulais être forcé dans une situation. C'est leur ton : un train en fuite. Leur genre est littéralement de la panique. Et c'est un peu ce que je suis également. Donc j'ai dit ' poussez, poussez, poussez, soyez aussi audacieux que possible."

L'histoire se concentre sur Connie, un sociopathe, un criminel qui ne supporte pas l'idée que son frère handicapé - joué brillamment par Benny Safdie - soit en Institution. Donc Connie l'emmène cambrioler une banque, la première de plusieurs mauvaises décisions, chacune entraînant chaotiquement vers la prochaine. C'est un film qui vous attrape par le col et ne vous laisse pas partir durant 100 minutes.

Contrairement à ce qu'il a pu faire, Pattinson a été impliqué tout au long du processus d'écriture. Il était dans la jungle en Colombie à l'époque, tournant The Lost City of Z, une expérience géniale à tous les niveaux : il a des histoires où il est question de récupérer des vers dans sa barbe et de membres de l'équipe mordus par des serpents. Mais à la fin de la journée, il trouvait une volée d'emails (il y a la wi-fi en Amazonie apparemment) des frères Safdie à propos de Connie Nikas, de criminels, du monde de leur film.

Ils ont travaillé ensemble minutieusement sur l'histoire de Connie et Robert a lu tous les livres qui ont inspiré les frères, The Executioner Song de Norman Mailer et In The Belly of The Beast par Jack Henry Abbott. Il a regardé les documentaires qu'ils lui ont envoyé, notamment One Year in a Life of Crime (1989) par John Alpert et des épisodes de Cops, l'émission télé des années 90 qui suit la police durant la traque et l'arrestation de criminels. Josh l'appelle "La meilleure série télévisée américaine". Il y a souvent un dialogue ou un comportement qui serait utile pour le développement de Connie Nikas. Au moment où Pattinson était prêt à déménager dans le Queens, il était déjà à mi-chemin.

Pattinson n'utilise pas "La Méthode", il n'a pas vraiment de formation, à part un court séjour dans la compagnie de théâtre de Barnes à l'âge de 15 ans. Les Safdie lui ont présenté un tout nouveau niveau d'improvisation et de recherche. Robert a écrit des lettres dans la peau de Connie à Nick lorsqu'il était en prison. Puis ils ont visité le centre de détention de Manhattan.

"Robert est venu dans la peau de Connie, mais il n'avait pas l'accent encore donc il regardait juste les environs et se taisait," raconte Josh Safdie. Ils ont rencontré des personnes avec qui Connie pourrait être ami. "Mes amis au garage Lucky Automotive Repair à Yonkers, en gros. Benny a commencé à entrer dans la peau de Nick," Et à partir de là, Rob et Benny ont confronté leur personnage au monde, en allant à Dunkin Donuts, en travaillant même dans une station de lavage de voiture ensemble pendant une semaine.

"Nick chassait les voitures après leur passage," explique Benny. "Mais Nick a des difficultés. Il ne peut pas faire ce que Connie veut, donc il y avait des tensions entre eux, ça a presque été violent. Et c'est ce que nous voulions. Nous voulions donner à Rob les émotions qu'il ressentirait à certains moments."

D'une façon critique, cependant, personne n'a remarqué Pattinson dans tout ça. Le responsable de la station de lavage savait qui il était, mais personne d'autre et ils n'ont pas demandé. C'était une révélation. Dans le rôle de Connie - avec les vêtements, les cheveux et le maquillage - Pattinson pouvait passer inaperçu à tel point que, lorsqu'ils ont tourné une scène vers la fin dans un immeuble d'appartements, les résidents locaux ne l'ont même pas vu comme un acteur. Ils savaient qu'une star de cinéma était parmi eux mais ils avaient entendu parler de Bradley Cooper.

"Donc j'étais dans cet ascenseur bondé et les gens disaient "Yo, tu es le garde du corps de Bradley Cooper ?' C'était génial," dit Pattinson.

Une des joies de Good Time est de se rappeler à quel point Robert et son personnage Connie sont réellement différents. Pattinson vient du sud-ouest de Londres, où il est allé à The Harrodian, une école publique sympa à Barnes. Le fils d'un vendeur de voitures vintages et d'une agent de mannequin. il a grandi dans la classe moyenne et confortable, un attrait artistique qui a démarré après une carrière musicale (le nom de son groupe : Bad Girls) avant que la comédie ne l'emporte. Il n'a jamais rencontré de personnes comme Connie NIkas dans la vraie vie, donc il les a imaginés; c'était des "personnes de fiction" comme il les appelle. Et en tant que tel, pas moins influent.

"En grandissant, tu vois Pacino et tu veux être comme lui," dit-il et ensuite il rigole. "J'ai l'air d'un connard déjà, en me comparant à Pacino !".

Mais le point est correct; pour Pattinson, Connie tombe dans la tradition du rôle de Pacino, Sonny, dans "Dog Day Afternoon", ou de Johnny Boy, de Robert De Niro dans Mean Streets, les mêmes personnages qui inspirent des gens comme Pattinson à devenir acteur au départ. Comme tous les enfants de classe moyenne, il enviait l'authenticité de Connie.

"Tout le monde veut dire "J'ai traversé des périodes difficiles" ou autre. Et certains enfants à l'école sont tellement obsédés par le fait d'avoir l'air d'un dur que finalement ils le deviennent. Ils agressaient les gens. Tu te dis "Pourquoi tu agresses des gens ? Tu vis à Wimbledon !" Mais vous pouvez voir la progression," dit-il. "C'était né d'un désir, pas d'une nécessité. C'est fascinant."

Quant à Pattinson, il a simplement menti.

"J'ai décidé que la meilleure façon d'être réel c'était de faire semblant ! J'avais l'habitude de mentir tout le temps quand j'étais plus jeune. Même si j'avais un accent londonien, je disais aux gens que j'avais grandi dans une ferme dans le Yorkshire. C'était le mieux que je pouvais faire."

Sa propre vie de crime était limitée à voler des magazines porno à l'âge de 11 ans, une histoire qu'il a raconté à Howard Stern. Finalement il s'est fait attrapé bien sûr, le moment humiliant reste gravé dans sa mémoire, alors que devant une rangée de vieilles dames qui recueillaient leurs pensions, le propriétaire de la boutique a attrapé son sac et a sorti les magazines l'un après l'autre.

"J'avais les larmes aux yeux et tout. J'étais désespéré ! " dit-il. "Et quand ma mère l'a entendu, j'ai carrément jeté un de mes amis sous le bus : "Dan l'a fait !" C'est assez terrifiant quand vous êtes mis au pied du mur. Quand les gens demandent comment vous vous comporterez en cas d'urgence, maintenant je sais. Je suis un froussard ! Je suppose que c'est assez évident !"

Il dit froussard, mais il y a une force tranquille derrière cette façade effacé et affable. Tout le monde n'avouerait pas être un enfant lâche, ou d'avoir menti à propos de ses antécédents, car les gens insécurisés n'admettent pas leurs défauts si volontiers. L'une des raisons pour laquelle il était tellement attiré par le rôle de connie, par exemple, c'était le manque de peur ou de honte du personnage. "Je suis le contraire. La honte est la chose la plus paralysante. Je ne sais même pas ce que c'est, ce n'est pas lié à une autre émotion. Donc je choisis de travailler pour combattre directement les éléments de ma propre personnalité."

Josh Safdie a repéré l'ambition de Pattinson très tôt. "Il y a une passion en lui," dit-il. "Un désir débordant de conquérir le monde. J'étais très heureux de le voir."

Et par rapport à sa dépréciation, il y a une certaine fierté dans ce qu'il a réalisé après Twilight. Aucun de ses choix de films ultérieurs n'est évidemment commercial, ce qui lui convient parfaitement : les indépendants à petits budgets, dit-il, ont un niveau inférieur à atteindre et avec sa célébrité internationale, merci à Twilight, il peut dormir tranquille. Parfois, sa participation est ce qui fait que ces projets se produisent finalement parfois.

Mais artistiquement - et c'est là qu'il n'est certainement pas un froussard - chaque projet est un risque, un test, un saut, une autre occasion d'échouer et de tomber publiquement. Mais c'est ce qu'il aime. Les nerfs, la menace de l'échec l'intéressent.

"J'aime gravir une grande montagne,"dit-il. "Pour certains rôles, personne ne penserait à moi et je ne les en blâme pas."

Pourquoi aller vers ces rôles cependant, s'ils sont tellement à contre courant ? Il hausse les épaules.

"Probablement simplement pour prouver que je peux le faire vraiment."

Alors que l'addition de notre repas arrive, Pattinson mâche gaiement un autre cure-dents. Il semble avoir été raisonnable cette fois-ci. Pas même une bière. "Si je bois je vais avoir l'air d'un con," dit-il. "En fait, j'ai probablement déjà l'air d'un con !" Quoi qu'il en soit, il garde de la place pour une dégustation de cognac un peu plus tard dans la soirée avec les producteurs de Good Time. Ce n'est pas le genre de chose qu'il fait souvent, mais ce sont des moments grisant, avec l'excitation autour du film, l'acclamation des critiques. C'est un tel buzz que même la tournée promotionnelle n'est pas si pénible. Il y a de la place pour des bêtises en tout cas.

Dans le Jimmy Kimmel Live! il a essayé de se moquer de Josh Safdie mais ça a mal tourné. Il a raconté à Kimmel que les Safdie lui ont demandé de masturber un chien. "Ça a rendu la PETA [association de protection des animaux] en colère, tout le monde. Ça a été un tollé américain durant un jour et demi," dit Josh. "C'est une petite merde, je vous le promet. Mais j'adore ça chez lui."

Pour l'essentiel, Pattinson mène une vie plutôt tranquille. C'est simplement lui, Twigs et Solo traînant à la maison. Quand il ne travaille pas, dit-il, il recherche du travail.

"Je regarde essentiellement les pages du Loot tous les jours. Je vis la vie d'un chômeur." Et pour lui, cela signifie regarder des films d'art et d'essai, regarder des sites de films et - tant que Game Of Thrones n'est pas diffusé - de démarcher par téléphone des réalisateurs.

Dans quelques semaines, il se rend en Allemagne pour une formation de cosmonaute pour le film qu'il fait avec Claire Denis. Cela parle d'un autre ancien détenu, cette fois-ci dans l'espace dans le cadre d'une expérience sur la reproduction humaine. Il l'a mentionné lors d'une session de Questions/réponses à Los Angeles après la projection de Good Time et personne dans le public n'avait entendu parler de Denis. Tel est le goût particulier de Pattinson.

"Je ne pense pas que Claire ait fait un mauvais film en 20 ans, mais je ne sais pas si certains ont été une réussite commerciale!" plaisante t-il. "C'est ce que j'aime en France. Il y a un marché pour les films moins conventionnels et c'est le monde dont je veux faire partie. Je veux simplement faire des choses que les gens font seulement pour eux-mêmes, car ça finit par être, par définition, plus singulier. "

Le projet qui l'excite arrive à la fin de l'année. The Devil All the Time, par Antonio Campos, qui a fait Christine l'année dernière, un drame brillant qui parle d'une présentatrice des années 70 dépressive et qui se passe en Floride. (Pour information, Pattinson l'a également démarché par téléphone.) "Il y a une ligne dedans - et parfois c'est tout ce dont vous avez besoin. Et c'est genre, 'Oh... c'est effrayant à dire'. Parce que ça va entrer dans la postérité et je serai celui qui le dit. Vous ne pouvez pas être plus sombre. C'est foutrement sombre. Ce personnage est un prédicateur évangélique du Sud dans les années 50, mais il est joyeusement mauvais, drôle et charismatique également. Je sais, c'est irrésistible."

Genre, sexuellement repoussant, violent ?

"Mmm... Oui, tout ça. Mais vous savez quand les acteurs disent "je refuse de jouer quelqu'un qui fait quelque chose de mal.' Je me dis, Quoi ? C'est foutrement dingue. Vous ne pouvez pas ne rien faire de mal dans votre vraie vie. Je pense que si quelqu'un a besoin de jouer un héros tout le temps, c'est probablement parce qu'ils font vraiment des choses grossières dans leur vie."

Donc vous me dites que c'est votre seule chance d'être mauvais ?

Il rigole et se lève pour mettre sa veste Lacoste, son camouflage et retourne son sweat à capuche en dessous. Maintenant il peut quitter notre entretien sans causer d'incident. Mais c'est impossible maintenant de ne pas voir l'ombre de Connie, le sociopathe braqueur de banque du Queens.

"Ouais," sourit-il. "Le reste du temps, je suis un ange !"

Source / Scans : Source

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: