jeudi 24 mars 2016

Claire Denis parle de Robert Pattinson et de High Life dans une nouvelle interview (scan en français)

Dans une récente interview intéressante avec le magazine Vogue Hommes (disponible dans les kiosques depuis le 18 Mars), la réalisatrice Claire Denis parle de Robert et de son implication dans son prochain film, High Life :



Merci à pattinson360 pour l'info !

Retranscription de l'interview :




L’association de la super–auteure mélancolique Claire Denis et de la méga star teenage Robert Pattinson est certainement la plus excitante du moment. Entretien avant le tournage de High Life, film de SF pensive, au mois de mai.

L’idole et l’oeil Par Didier Péron

—On avait annoncé un projet réunissant Olivier Assayas et Robert Pattinson, Idol’s Eye mais finalement le film n’a pu se monter financièrement. Du coup, la jeune star révélée dans la série gothique Twilight, toujours en recherche de projets aventureux en rupture avec tout ce que l’on escompte d’un acteur ayant atteint un tel niveau de succès et d’hystérie des fans, s’apprête dès le mois de mai à tourner sous la direction de Claire Denis un film de science–fiction, High Life, co écrit par la cinéaste et la romancière anglaise Zadie Smith. Aux côtés de Pattinson, sont déjà annoncées Patricia Arquette et Mia Goth. Totalement débordée par la préparation du projet, Claire Denis a pris le temps, entre deux rendez–vous entre Paris, Londres et Cologne ( où se trouvent les studios où aura lieu le tournage ), de nous raconter le cheminement tortueux de sa
rencontre avec Robert Pattinson. « J’avais un scénario qui était obligatoirement en anglais parce que c’est une histoire qui se déroule dans l’espace et que, je ne sais pas pourquoi, mais pour moi, on parle anglais — ou alors russe ou chinois — dans l’espace, et certainement pas français … Bref, en écrivant, je me suis mis une image en tête, un acteur : Philip Seymour Hoffman.

Personne n’a jamais produit sur moi un tel effet d’humanité, quelque chose de tangible que je pouvais presque toucher. Et puis il est mort, gravement overdosé à diverses drogues, seul chez lui avec une seringue dans le bras. J’ai pensé alors : je ne ferai jamais ce film … Je me projetais dans ce visage, ce corps, cette voix, ce mystère aussi, Hoffman était un acteur très cassé et sa disparition subite et précoce m’a fait terriblement mal, parce que je me disais que ce qui m’avait tant plu chez lui était une réalité émotionnelle, psychique à la limite de l’insoutenable. Alors que j’étais complètement abattue, j’ai appris que Robert Pattinson avait eu vent du projet et qu’il avait envie de me rencontrer. J’avais peur qu’il soit déçu … Je ne suis peut–être pas du tout dans le profil de cinéma qu’il veut faire ! Il a lu le scénario et m’a dit qu’il avait envie de le faire, quelque chose s’est imposé d’une autre manière, une liberté, une façon d’être inattendue. Sa confiance en moi m’a redonné confiance dans le projet.

« Robert tient le rôle principal : un homme loin de la terre. De fil en aiguille, ses compagnons meurent et lui survit, peut–être parce qu’il a un côté taciturne et monacal et que ça le protège. Il va devoir prendre des décisions qui n’engagent pas que lui, comme un chevalier de la Table Ronde projeté dans un univers de science–fiction. Je l’imagine secrètement muré derrière une distance si bien que, même au sein d’un groupe, il paraît seul et cette réserve ou cette réticence lui donne une capacité à résister à la peur, à la douleur, que les autres n’ont pas. La première fois que j’ai rencontré Robert, c’était à Los Angeles, il était dans son territoire et si à l’aise avec le projet que j’ai fini par oublier la notoriété dingue qui est la sienne. Quand j’ai vu Twilight, je l’ai tout de suite aimé parce qu’il dégage un charme déchirant. C’est drôle évidemment parce qu’on ne peut pas imaginer un physique plus dissemblable de celui de Philip Seymour Hoffman mais Robert est quelqu’un de très énigmatique, il a une force d’apparition, une aura qui donne immédiatement envie de le filmer. Je me souviens de Béatrice Dalle qui m’a appelée parce qu’elle avait appris que l’actrice de J’ai pas sommeil avait décidé, huit jours avant le début du tournage, de ne plus faire le film. Elle n’était pas du tout le personnage, mais elle m’a dit : “Voilà, si tu veux, je viens.” Instantanément, elle est devenue la personne idéale pour le film, elle a rempli mon imagination. C’était tellement fort que la première nuit de tournage j’ai eu un malaise, une espèce de commotion, tellement j’étais émue de la voir. J’espère garder mon sang–froid le premier jour avec Pattinson … » VH

2 commentaires:

vanouille a dit…

Waouh que déloge j'adore. J'ai vraiment hâte de voir ce projet :)

Sabine a dit…

J'attends ce projet avec impatience, plus on en apprend dessus, plus j'ai hâte :) ! En tout cas, maintenant on a bel et bien la confirmation qu'il tient le rôle principal dans ce film :) !!!