dimanche 27 septembre 2015

Interview de Robert Pattinson avec Wiener Zeitung - Traduction

Une fois de plus cette interview a été faite durant la Berlinale en Février dernier.


Traduction

"Parfois j'aimerais avec un plus gros ego"

Robert Pattison - comme James Dean - est devenu une star du jour au lendemain. Par la suite, il a eu des difficultés pour perdre l'image du vampire et c'est de cela que nous allons parler. 

M. Pattinson auriez-vous aimé jouer James Dean si on vous avait offert le rôle ?

Je n'aurais jamais accepté le rôle de James Dean. Surtout parce que je ne lui ressemble même pas. Dane DeHaan oui, je me serais ridiculisé. 

Dans le film vous n'êtes pas celui qui est sous les projecteurs, mais vous êtes de l'autre côté du tapis rouge dans le rôle du photographe des célébrités. Ça a du être insolite pour vous. 

Mon personnage Dennis Stock n'est pas vraiment fait pour le tapis rouge. Il y a une scène dans le film où l'on voit  à quel point c'est gênant pour lui de faire ces photos mondaines, mais il n'a pas d'autres choix, car il a besoin d'argent. Donc il fait partie des photographes qui se bousculent les uns les autres pour avoir la photo parfaite. 

Comment gérez-vous la popularité ? C'est une question clé pour les personnes célèbres, non ?

C'est étrange, car je n'ai jamais vraiment su ce que la popularité signifie. Certaines personnes ont appris à mieux me connaître ces dernières années et ils savent que le personnage que les gens acclament n'existe pas vraiment. C'est différent pour une pop-star, car leur nom est le centre de l'attention alors qu'un acteur joue différents personnages tout le temps. C'est bizarre quand vous êtes acclamés pour quelque chose et que ce n'est pas vraiment vous, mais en même temps cette popularité aide, car vous n'êtes pas mis en avant en tant que personne, c'est plus lié au personnage que vous jouez.



La popularité vient avec le concept d'admirer d'autres personnes. Qui admirez-vous ?

James Dean est sans aucun doute quelqu'un que j'admire. Je crois que tous les acteurs sont passés par une phase James Dean, où ils imitent James Dean lors d'un casting, qu'importe le rôle. J'ai toujours été un peu plus intéressé par le secret de Marlon Brando. Il disait de lui "Je ne sais pas qui ou ce que je suis" Je fais incontestablement partie de cette catégorie. 

Le film montre une star avant qu'elle n'en devienne une, ça se passe lors des quelques mois avant que cela ne se produise. Je vous ai parlé pour la première fois en 2008 juste après la fin du tournage du premier Twilight et personne ne savait si le concept tiendrait debout. Vous étiez une star sans en être une encore et quelques semaines plus tard tout a changé. Comment vous sentiez-vous à ce moment-là, avant que la tempête ne commence ?

Il n'y a pas eu d'autres périodes comme cela dans ma vie. Tout s'est assemblé : je pense que j'avais le bon âge pour un évènement comme cela. A 21 ans j'étais assez jeune, mais pas trop jeune et j'ai pu avoir une jeunesse. L'année avant la sortie de Twilight dans les cinémas était très amusante. J'ai expérimenté les bons côtés de la célébrité et pas vraiment les mauvais, car personne ne me connaissait encore. 6 mois avant la sortie, les avantages ont commencé : J'obtenais les réunions que je voulais et je rencontrais les réalisateurs et les producteurs sans vraiment réaliser ce qu'il se passait autour de moi. La toute première approche de la célébrité est géniale, certaines choses ridicules comme entrer dans des clubs par exemple. Je rentrais dans des clubs qui me jetaient dehors avant (rires). 

Cependant, vous avez gardé les pieds sur terre. Comment avez-vous fait cela ?

Je ne sais pas. Je pense que j'ai encore beaucoup de choses à me prouver dans différents aspects de ma vie. Parfois j'aimerais vraiment avoir un plus gros égo. Ça m'aiderait à moins ressentir cela. 

Quelqu'un comme vous ne devrez pas avoir un problème d’ego. 

Bien sûr que j'ai un ego. C'est nécessaire pour être devant la caméra, non ? Sauf que je me vois comme quelqu'un de timide et qui veut tout contrôler. C'est étrange, car vous ne pouvez pas vraiment le dire comme cela. Chaque fois que je travaille avec des réalisateurs chevronnés ils me demandent toujours "pourquoi dis-tu toujours que tu ne sais pas ce que tu fais ? Je peux voir que tu es en train de faire quelque chose." Je réponds toujours "Oui, mais je ne sais pas comment."

Y a-t-il une vie après le battage médiatique pour vous ?

Oui c'est en train de se produire. C'est très frustrant quand vous perdez le contrôle de votre vie et que vous essayez de ne pas vous noyer tout le temps. Après le battage médiatique du premier Twilight mon agent m'a dit : Cela prendra 10 ans avant que tu atteignes le prochain chapitre de ta vie. Aujourd'hui je sais qu'il avait raison. 7 ans ont passé et ma vie se réarrange complètement. Je suis une personne différente maintenant par rapport à cette époque. Je pense que Leonardo DiCaprio a expérimenté la même chose après Titanic et c'est derrière lui aujourd'hui. 

Quel est votre secret pour survivre aux pièges d'une carrière ? 

Je pense que je suis guidé par ma tête contrairement à certains de mes collègues et ça me permet d'avoir un regard distant sur moi-même. En même temps je m'inquiète trop à propos de tout. J'ai toujours le problème de vouloir faire mes preuves avec mes rôles. 

Vous faites plus de productions d'art et d'essai désormais, un adieu aux films grand public ?

Peut-être. Je veux juste travailler avec les gens qui font de bons trucs. Le truc c'est que : je m'en fiche si le film est bien payé ou s'il fait de bons chiffres au box office. Ne vous méprenez pas, je n'ai rien contre les films commerciaux et j'aime les faire, mais si quelque chose est fait pour l'art et par amour de l'art, ce sont les meilleurs projets. Le jour où je fais mon dernier film et que je sais qu'il n'y en aura pas d'autres, je veux me demander : 'Pourquoi as-tu fait ce film' et si la réponse est 'je l'ai fait pour l'argent' je voudrais me taper sur la tête. 

Source / Traduit à partir de la traduction anglaise de @Inthejungle83 /Via

Traduction française : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: