dimanche 23 août 2015

"Robert Pattinson : Un jeune fasciste dans The Childhood of a Leader" (Traduction)

Voici un petit article intéressant sur "The Childhood of a Leader" publié par le magazine italien Ciak :



Frénésie et impatience pour "The Childhood of a Leader" de Brady Corbet, basé sur l'histoire écrite en 1939 par Jean-Paul Sartre, qui sera projeté à Venise le même jour (le 5 septembre). Dans "Le Mur", le livre sur lequel le réalisateur américain a basé son film, nous sommes plongés dans l'époque existentialiste, le mouvement philosophique dont l'écrivain français, qui voit le monde d'un point de vue nihiliste, était une véritable autorité. Tous les personnages du livre sont emprisonnés dans une vie statique, une situation dont ils ne peuvent pas sortir. Charles Marker, un garçon qui se cherche, entre une sexualité complexe, des pulsions sadiques et un énorme ego, est confronté à des implications sociales, politiques et psychologiques qui vont le conduire à devenir un leader fasciste durant la seconde guerre mondiale. 

Mais pourquoi attendons-nous de voir ce film ? Certes, la présence dans le casting de Robert Pattinson, en jeune fasciste perturbé, élégant en smoking et avec sa barbe, est une raison. Pattinson est entrain de passer d'idole des jeunes à une nouvelle icone du monde du cinéma. L'acteur a osé et a été récompensé : de Cronenberg à Herzog il a accepté des rôles intenses qui ont révélé un talent inattendu depuis 'Twilight'. En plus de Venise, il sera bientôt à l'écran dans LIFE d'Anton Corbijn, un biopic sur James Dean et son ami photographe Dennis Stock, deux personnages éblouissants et non conventionnels, dont la première italienne aura lieu le 17 septembre au festival du film de Milan et qui sera dans les salles en octobre. 

De plus, Bérénice Bejo, qui a joué aux côtés de Jean Dujardin dans The Artist, de son époux Michel Hazanavicius (oscar du meilleur film en 2012), la "jeune nymphomane" avec un regard perspicace de Lars Von Trier - Stacy Martin - et l'actrice pleine d'entrain Yolande Moreau, forment un trio féminin dans le film qui est caractéristique des films d'art et d'essai. 

Finalement nous sommes curieux de voir jusqu'où est allé Brady Corbet, 27 ans, pour ses débuts derrière la caméra. Pour son premier film il a choisi un matériau vivant, parfois un sujet glissant. La probabilité que ce soit un grand succès ou un désastre total est similaire, nous espérons que Corbet a été capable d'éviter la banalité, de donner aux personnages les nuances et contradictions de l'âme humaine, tout comme la plume de Sartre l'a fait à l'époque. 


Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Au passage cette semaine, nous avons pu découvrir deux nouveaux stills du film (sans robert) :

image host image host
Source

5 commentaires:

Patty a dit…

Grande impatience sur ce film !!!!!

Gwen Mendy a dit…

Il est Magnifique comme ca !!!

Gwen Mendy a dit…

Il est magnifique comme ca !!!! même au bout de 6 ans il me fascine toujours autant le bougre
Gwen>> Sors

Sabine a dit…

J'espère qu'on aura pas trop longtemps à attendre avant de voir ce film ! Il m'intrigue, j'ai hâte de le voir !

Gwen Mendy a dit…

J'espère aussi ... En espérant qu'il sorte en France car je ne sais pas si honnêtement ce genre de film peut attirer beaucoup de monde hélas