jeudi 18 avril 2019

Nouvelle interview de Robert Pattinson et Claire Denis avec io9


Ajout de la traduction française

High Life de Claire Denis est un film que vous devez voir avec le bon état d'esprit pour commencer à le comprendre. Aussi déconcertant que peut-être le premier visionnage, cela se termine également de manière à vous inciter à revenir en arrière et à le revoir avec une perspective plus éclairée, ajustée maintenant que vous avez vécu le déluge d'émotions présenté dans le film.

Nous avons récemment rencontré la réalisatrice Denis et la star Robert Pattinson pour discuter de certains éléments plus opaques de High Life, de ses messages sur l'inhumanité des prisons et de ce qui s'échappe de la "fuck box", mise en évidence dans le film.

io9 : Il y a tellement de choses sur les personnages du film qui sont vraiment intérieurs et qui restent inexpliqués. Cela donne en partie l'impression que c'est simplement la manifestation du fait qu'ils sont isolés depuis si longtemps qu'ils n'ont plus de raison de vraiment parler d'eux-mêmes avec les autres. Donc, je voudrais vous parler tous les deux de Monte (le personnage de Pattinson). En tant que celle qui l'a créé et de celui qui l'a incarné à l'écran, qui est-il pour vous ?

Denis : Monte a choisi d'accepter l'offre [d'aller dans l'espace], car il voulait quelque chose de mieux que la vie de prison médiocre qui le détruisait déjà quand il était si jeune, vous savez ? J'envisageais Monte comme un chevalier de la table ronde au Moyen-Âge. C'est un homme qui a le plein contrôle de lui-même et qui essaye de trouver un meilleur état d'être.




io9 : Pensez-vous que ce soit quelque chose qu'il n'était pas capable de faire sur Terre ? Est-ce le genre de vie qu'il souhaitait avant de finir dans le couloir de la mort ?

Denis : C'est difficile à dire avec Monte, et il y a une raison à cela. J'ai regardé de nombreux documentaires sur les prisons et les condamnés à mort pour ce film, et ce que vous voyez encore et encore avec les prisonniers, c'est la façon dont le corps se ramollit, comme s'il avait abandonné et oublié comment se tenir debout. Nous avons cette idée de ce qui arrive aux gens quand ils se retrouvent en prison : ils sont en meilleures formes parce qu'ils s'entraînent, car ils savent, qu'éventuellement, ils vont finir par être libérés. Ils ne veulent pas perdre cet espoir et vous pouvez le voir à travers leur corps. Mais quand vous êtes dans le couloir de la mort, vous...êtes déjà presque mort.

Pattinson : Je pense qu'il y a quelque chose à propos de Monte. Quelle que soit la raison pour laquelle il a été puni, il était si jeune et la punition était si sévère, il n'était pas capable de calculer à quoi ressemblerait sa pénitence pour ce qu'il a fait. Il essaie de comprendre comment vivre sa vie sans aucun outils pour l'aider à finir de devenir une personne. Il n'y a pas vraiment d'effort pour le réhabiliter ou même essayer de trouver un moyen de le réhabiliter. Monte essaie de trouver un moyen de s'améliorer dans un endroit ou personne ne sait comment le faire. 

io9 : J'ai loupé cela lors de mon premier visionnage, mais tout le monde à bord est un condamné à mort, n'est-ce pas ?

Denis : Exact.

io9 : Quels sont les autres aspects de la vie en prison que vous vouliez explorer, mis à part ce que d'être pris au piège fait à une personne, physiquement, quand elle sait qu'il n'y a plus aucun espoir de retrouver sa liberté ?

Denis : Le système pénitentiaire en France est terrible, c'est certain. Sauf que nous avons aboli la peine de mort il y a 30 ans et c'est une question à laquelle je voulais réfléchir. La peine de mort, pour moi, est un vestige de quelque chose qui n'a jamais vraiment bien été pensé. Quel que soit le degré de modernité et d'avancée d'un système pénitentiaire, quand la peine de morte existe, c'est cette étrange relique de l'époque médiévale. C'est basé sur cette idée qu'en exécutant des gens, on peut débarrasser le monde des monstres, mais c'est complètement faux et injuste. La peine de mort ne rend pas le monde meilleur. Cela n'empêche pas les gens de tuer. Ou de tirer, ou de voler. Les gens ne pensent pas à la peine de mort quand ils commettent des crimes, ils pensent juste à ce qu'ils doivent obtenir.

Tant de choses ont été écrites sur la manière d'améliorer le système pénitentiaire. Créer les bonnes prisons pour aider les gens et les changer, mais il y a toujours une fraction de personnes qui pensent que vous ne pouvez pas changer : "une fois que vous êtes un monstre, vous êtes un monstre pour toujours. Il n'y a pas d'espoir pour vous." Moi, je pense qu'il est important de faire partie d'une société où les gens croient que le changement est toujours possible. Ce n'est pas humain de vivre dans un monde où le changement est impossible, parce que cela n'est pas vrai.

io9 : Pensez-vous que les gens sur le vaisseau sont des monstres ?

Denis : Ils ont tous commis des crimes, peut-être, mais nous ne savons pas ce qu'ils sont et à quel point ils étaient horribles. Nous ne le savons pas. Je n'essaye pas de les défendre, mais je ne pense pas que "horrible" soit le mot qui convient pour les décrire dans leur ensemble. Ce sont des criminels. C'est tout. Maintenant, il y a des meurtres horribles qui se produisent dans le film, mais le film n'étiquette jamais quelqu'un spécifiquement en tant que meurtrier de la manière dont nous le pensons habituellement.

io9 : Mais qu'en est-il de Dibs (Juliette Binoche) ? Nous savons pertinemment qu'elle a tué ses enfants et son mari. 

Denis : Oui, Dibs a commis le plus odieux des crimes. Elle a tué sa famille, mais j'ai perçu cela comme un geste de désespoir à propos d'un élément de sa vie que nous ne connaissons pas. C'est terrible, mais cela fait partie de l'humanité.

io9 : Comparé à Dibs, il y a encore tellement de chose à propos de Monte que nous ne savons pas. Quelles étaient les choses à son sujet que vous pensiez devoir exploiter pour entrer dans le personnage ?

Pattinson : Le truc à propos de Monte qui m'a sauté aux yeux, vous pouvez voir dans sa réaction, quand sa fille trouve son casier judiciaire et dit "Tu as tué quelqu'un ? As-tu tué ton meilleur ami pour un chien ?" C'est un homme qui n'a jamais été capable de réellement composer avec quelque chose qui l'a affecté toute sa vie et il essaye vraiment de se réconcilier avec ces différentes parties de lui-même.

Il essaye de faire de sa vie une singularité où rien ne change avec le temps, pour qu'il puisse être complet, mais il est pris au piège dans cet endroit où littéralement rien ne change jamais - et c'est une sorte d'enfer pour lui, car il a ces souvenirs de ce que c'était de vivre dans cette vision panoramique, si cela a du sens. Mais sur le vaisseau, il s'accroche au contrôle. Dans cette scène où il retire le système d'assistance respiratoire des combinaisons spatiales avec les cadavres, il essaie de conserver une petite partie de contrôle sur ce qui se passe. Les corps sont déjà morts. Ils n'ont pas besoin de combinaison spatiale avec un système d'assistance respiratoire, mais il le voulait pour eux, parce que c'est quelque chose qu'il maîtrisait. 

Denis : Je dois dire quelque chose. Ce genre de question est bien, car, d'une certaine manière, qui est Monte est quelque chose qui m'est venue à l'esprit après avoir fini le film. Tout en travaillant, vous commencez avec la simple énergie du film, et c'est seulement après coup que vous pourrez peut-être essayer de construire beaucoup de raisons et de sens à ce qui se passe. Un scénario est une chose simple. Quand je me lève le matin, si je vais trop loin pour expliquer pourquoi je suis en vie, je me recouche immédiatement. Il y a une énergie simple pour avancer et c'est quelque chose que je voulais reporter sur le tournage de High Life.

io9 : Nous devons parler de sexe et de la manière dont c'est déployé tout au long du film. 

Denis : Je vais répondre. J'ai regardé beaucoup de films et documentaires sur la prison et les mémoires de prisonniers et le sexe est vraiment l'une des rares choses qui compte en prison. Le sexe peut-être une violence, un pouvoir et une manifestation de frustration. La nourriture, le sommeil et le sexe sont humains, des choses importantes dont nous avons besoin. Ce sont des choses naturelles, mais les prisons ne le sont pas et il y a une tension dans cette idée. Je n'ai pas inventé cette idée ou tout ce que vous voyez dans le film. Sauf pour la fuck box. J'ai inventé la fuck box.

io9 : Une dernière question sur la fuck box. Le vaisseau dans son ensemble est conçu pour être une système autonome dans lequel rien ne se perd, mais vous voyez qu'après que des personnes utilisent la fuck box, il y a un liquide qui s'écoule directement sur le sol. Qu'est-ce que c'est ?

Denis : [Riant] C'est le système de lavage. C'est du savon.

Aucun commentaire: