mercredi 20 juin 2018

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec Entertainment Weekly




Traduction de l'interview :

Il y a quelque chose sur le fait de chanter devant un public qui rend Robert Pattinson "terriblement nerveux" a déclaré l'acteur à EW.

"Peu importe que tu joues un personnage ou non, quand tu chantes tu te mets à nu," a t-il dit. "Je n'avais pas chanté devant quelqu'un depuis des années."

Pattinson, 32 ans, qui a connu un succès fulgurant dans le rôle d'un certain vampire sexy, délivre sa performance la plus drôle à ce jour dans Damsel de David et Nathan Zellner, jouant un cow-boy maladroit, Samuel, qui part à la recherche de sa fiancée kidnappée, Penelope (Mia Wasikowska), dans la nature sauvage du Far West avec l'aide d'un prédicateur malchanceux (David Zellner).

"Je voulais faire un truc intense à la Jim Carrey... une bonne comédie. Je me souviens que lors de la première prise, le premier jour, je criais," a dit l'acteur.

"Je crois que j'étais censé le jouer sérieusement et je ne pouvais tout simplement pas le faire. Donc c'est juste devenu cette chose un peu gauche."

Le plus grand défi n'était pas d'adopter un accent nasillard de l'Ouest ou de jouer dans la chaleur du désert tout en portant un épais costume, a t-il expliqué. Au lieu de cela, c'était la scène ci-dessus, où Samuel décide de chanter une petite chanson d'amour qu'il a écrit pour sa fiancée et qui s'appelle "My Honeybun" (Ma chérie).

"C'était la seule chose dans le film où j'étais vraiment nerveux, je ne sais pas pourquoi. Ma main tremblait tellement," a-t-il raconté.

"C'est un petit moment bizarre... c'est tellement étrange, sérieux et doux à la fois."



Cela fait 10 ans depuis que Pattinson a joué le vampire adolescent Edward Cullen dans le premier Twilight et a amassé des millions de fans. Après avoir dit au revoir au rôle, Pattinson a déclaré que son "coup de chance" a été Cosmopolis de David Cronenberg en 2012, dans lequel il jouait un milliardaire arrogant. Depuis lors, il évite les franchises et les blockbusters, se plongeant plutôt dans des rôles d'outsider comme le lent et naïf Reynolds dans le drame de David Michôd 'The Rover' (2014) et le frénétique Connie dans le thriller urbain Good Time en 2017.

"Je trouve que beaucoup de mes personnages sont aliénés. Je pense vraiment que je me suis plus tourné vers cela après être devenu célèbre," a-t-il expliqué. "C'est comme si je pouvais m'identifier."

Pattinson a avoué qu'il avait l'habitude d'être timide, mais en se détendant et en prenant des risques en tant qu'acteur, il est prêt à faire l'imbécile. L'ambassadeur de Dior est en fait quelqu'un qui rigole - il rit en racontant malicieusement comment il oublie le nom des gens maintenant qu'il a plus de 30 ans, ou quand il commande "un petit muffin anglais" au déjeuner.

En attendant, la folie Twilight s'est effacée et tandis que son nom apparaît toujours dans les tabloïds, il dit que les interactions avec les fans sont beaucoup plus gérables aujourd'hui.

"C'était toujours des personnes qui essayaient de s'en faire de l'argent parce qu'ils ne vous laissaient jamais seuls," a-t-il dit à propos des tabloïds.

"Si quelqu'un gagne de l'argent avec quelque chose, vous vous dîtes, "Non mec, c'est ma carrière et vous me volez littéralement et à cause d'une lacune dans la loi, vous êtes autorisé à le faire,' c'est l'une des choses les plus frustrantes, cela vous donne l'impression d'être impuissant... Maintenant, c'est vraiment sympa car ce n'est pas l'hystérie, donc les gens viennent vers vous et ils sont sympa avec vous. Chaque fois que quelqu'un demande une photo, c'est simplement parce qu'il vous apprécie."

Maintenant qu'il a fait son premier rôle comique, l'acteur dit qu'il cherche définitivement à exercer son drôle d'humour à l'écran, en développant des projets qui fusionnent comédie et drame.

"J'essaie de choisir des rôles où le public n'aurait pas d'attentes préconçues sur la façon dont ces personnages se comporteraient," a-t-il dit.

Aucun commentaire: