jeudi 27 juillet 2017

Traduction de l'interview de Robert Pattinson avec Howard Stern



Résumé de l'interview :

Howard : Robert a été élu homme le plus sexy en 2008 et 2009. 
Robert plaisante en disant que depuis il ne l'est plus. 
Howard : il s'en fiche probablement mais il trouve cela vraiment cool. 
Robert : La concurrence devait être faible. 
Robin : Est-ce que cela demande des exigences particulières. 
Howard : Cela peut-être une malédiction pour une carrière. 
Robert : Ce fut le cas. 
Howard : C'est difficile d'être à la hauteur.
Robert : Il n'est pas sûr d'avoir essayé d'être à la hauteur. 
Robin : Est-ce qu'il y fait attention ?
Robert : Il s'attendait à quelque chose de spécial. 
Howard : il a lui-même été élu "meilleurs cheveux" deux années suite, c'est juste un gars qui lui a donné ce titre. 



Howard le félicite pour son nouveau film, il le trouve plutôt bon, Robert est sacrément énervé dedans. Il lui demande s'il était inquiet d'être stéréotypé, il trouve que dans "Good Time" Robert est vraiment nerveux. 
Robert : Les films Twilight n'étaient pas un souci. Ils étaient très éloignés de ce qu'il est. 
Howard : Beaucoup d'acteurs ne supporteraient pas quelque chose comme cela. Il les a fait et ne s'est pas enfui. 
Robert : Il aurait probablement été poursuivi. 
Howard : C'était intelligent de sa part. 
Robert : En fait il a apprécié le processus, peu de gens ont une opportunité comme celle-ci. 
Howard : Est-ce qu'il savait que cela changerait sa vie quand il le tournait ?
Robert : Pas lors du premier. 
Howard : Quand le film est sorti il a rapporté des millions de dollars. 
Robert : Il pensait que ce serait seulement un petit film cool. 
Howard revient sur le budget du film. 
Robert : Le film a dû coûter dans les 28 millions de dollars. 
Howard : 37 millions et il en a rapporté des centaines de millions. 
Robert : lui n'a pas tiré grand chose de celui-là. 

Howard revient sur l'audition du premier Twilight. Robert explique qu'il est arrivé à la dernière minute. Howard lui demande si c'est exact que quand il est venu à L.A à 21 ans il avait passé une audition pour un autre film et qu'il pensait que sa carrière était terminée. Howard trouve que les auditions peuvent être brutales. Il explique que Robert a dit à son agent qu'il ne pensait pas pouvoir le faire. 
Robert : il a appelé ses parents après cet épisode. Il n'est pas doué pour les auditions, il n'arrive pas à pleurer sur commande. 
Howard dit qu'il n'y arrive pas non plus, il utilise des gouttes pour les yeux. 
Robert : on lui a dit que s'il pouvait apprendre à subtilement s'étouffer, alors il pouvait se faire pleurer. 
Howard explique que l'agent de Robert lui a dit de faire Twilight, ils avaient déjà choisi Kristen Stewart. Il a du faire l'audition dans la chambre de la réalisatrice. 
Robert : il venait de faire une audition qui s'était très mal passée, son agent lui a dit de fumer de l'herbe ou autre. Il a passé l'audition sur le lit de la réalisatrice. 
Howard : Cela a du lui faire bizarre. 
Robert : Il était si nerveux qu'on lui a dit de prendre un demi-valium, c'était la première fois de sa vie, c'était risqué de le faire. Après l'avoir pris il était très détendu, il s'est rendu à l'audition et l'a déchiré. Il a du faire une seconde audition, il pensait que prendre un valium en entier marcherait mais il ne pouvait pas garder les yeux ouverts. 
Howard comprend pourquoi les gens deviennent accroc aux drogues. Il lui demande s'il est sous valium maintenant. 
Robert : Non, mais il était stressé pour faire l'interview. Quand il a commencé à faire des auditions il avait du mal à gérer la pression. 
Howard : Est-ce vrai qu'il s'est interrogé pendant des années, se demandant s'il devait être acteur ?

Howard revient sur la période mannequin de Robert lorsqu'il était enfant. Il devait être motivé par les femmes. 
Robert : Il a commencé vers 12 ans, c'était un peu fou, en tant qu'enfant ils le prenaient autant au sérieux qu'un adulte. 
Howard : cela devait être étrange. Cela doit renvoyer une mauvaise image de soi si on ne décroche pas de boulot. Lorsqu'il était plus jeune Robert avait un look androgyne. Robert a deux soeurs qui avaient l'habitude de l'habiller en robe. 
Robert : En y repensant c'est peut-être à cause de cela qu'il est comme il est. 
Howard : Quand il avait 15 ans son père lui a dit d'être un acteur à cause des filles. 
Robert : Il explique qu'il était au restaurant avec son père, il y avait un groupe de filles et son père leur a demandé d'où elles venaient, lorsqu'elles ont répondu qu'elles faisaient parties d'une classe de théâtre son père lui a dit de suivre cette classe. 

Il est allé dans une école portée sur les arts, avant cela il était dans une école plus stricte dont il s'est fait expulsé, il n'a jamais parlé de la raison avant aujourd'hui. Il vendait des magazines porno dans son école, il les vendait pour beaucoup d'argent. A la fin il était tellement sûr de lui qu'il prenait des présentoirs entier de magazines, quand il s'est fait attrapé entrain de les voler il était tellement sûr de lui quand le vendeur l'a interpellé qu'il ne s'est pas enfui. Le gars lui a donné la possibilité entre appeler les flics ou ses parents, il a essayé de mentir sur l'endroit où il vivait... 
Howard : C'était sympa de la part du gars de lui donner le choix entre la police ou ses parents. C'est drôle car Howard avait l'habitude d'avoir du porno gratuit à l'époque, il aurait pu lui donner ses affaires gratuites. Il lui demande combien il gagnait. 
Robert : Il les vendait pour 20 livres soit environ 30 dollars. Il explique que quand son père est venu le chercher et a entendu l'histoire, son père à l'époque vendait des voitures et il l'a emmené à son garage et tout le monde le félicitait. 
Howard : C'était un vrai petit homme d'affaire, c'était osé de le faire. 
Robert : il aimait voler beaucoup de chose, il aimait mentir et voler. 
Howard : Ses parents pensaient-ils qu'il allait mal finir ?
Robert : il avait beaucoup de problèmes. 
Howard : Quelle est la première chose qu'il ait volé ?
Robert : il avait l'habitude de voler des bonbons tous les jours, il avait l'habitude de voler les bracelets en bonbons et des choses qui déclenchaient les alarmes, il les coupait et les mettait dans son pantalon afin de ne pas faire sonner les alarmes. 
Howard : il volait simplement pour le plaisir de voler. Howard a volé une épingle de cravate une fois, c'était trop de stress pour lui. 
Robert : pour lui c'était un moyen d'avoir une poussée d'adrénaline. Il est content de ne plus le faire désormais. 
Howard plaisante en demandant à Gary de s'assurer que rien ne manque dans la pièce. 

Howard revient sur la carrière de Robert, il a fait des séries télés et d'autres choses en Angleterre et ensuite il a eu Twilight. Il a aussi fait Harry Potter.
Robert : C'était la première personne à mourrir dans le film. Il avait fait deux autres films avant ça et il allait aussi faire une pièce à Londres. Il n'avait jamais fait cela avant. Il avait le sentiment d'être l'élu et il a été viré de la pièce. Il n'est toujours pas sûr de savoir pourquoi, il a été viré 5 jours avant la première. Le gars qui a repris le rôle était bon et a eu une bonne critique et lorsqu'il est allé à L.A ils pensaient que c'était lui.

Howard revient sur son casting pour Twilight, au départ les gens ne voulaient pas qu'il ait le rôle, selon lui les fans devraient se taire.
Robin : Les gens étaient très impliqués dans les livres.
Robert : Il avait passé l'été à L.A, il ne faisait rien d'autre que manger, il est allé à la première d'Harry potter et il avait pris un peu de poids et été en sueur, il avait marché pour se rendre à la première. Il y avait des milliers de personnes là-bas et il n'avait pas réalisé qu'il devait faire le tapis rouge, donc il ne ressemblait à rien sur les photos. Pour l'audition de Twilight il a du enlever son tee-shirt, il n'était pas sûr de pouvoir le faire. Juste avant il venait de faire un film sur Salvador Dali et s'était rasé tout le corps.
Howard : Cela doit être étrange de devoir enlever son tee-shirt pour une personne que vous ne connaissez pas.
Robert : Il a fait pratiquement tous les films Twilight sans enlever son tee-shirt, il l'a fait devant la réalisatrice et elle lui a dit de le remettre.
Howard lui demande s'il s'est masturbé pour le film sur Salvador Dali.
Robert : oui il l'a fait, il ne pensait pas qu'il aurait une carrière et donc il faisait des choses qu'il pensait que personne ne verrait. Il a failli faire un film où il se masturbait et où on voyait son pénis, on lui a demandé de le faire pour de vrai mais il ne se voyait pas le faire.
Howard : Il a fait ce film en Espagne, il explique que l'on peut foutre en l'air sa carrière avec un seul film.
Robert : Quand il fait quelque chose il se dit qu'il a besoin de le faire, qu'il y a quelque chose d'intéressant dedans.
Howard dit qu'il avait l'habitude de se dire cela sur les stations radios pour lesquelles il a travaillé, que quelqu'un quelque part devait écouter.
Selon Howard lorsqu'on fait un film comme Twilight on doit avoir un plan de jeu, il explique que Robert a failli être viré car il prenait les choses trop sérieusement et qu'il faisait beaucoup de réflexion sur ce que devrait être le personnage.
Robert : pour lui a l'époque si un jeune homme de 21 ans entame une relation où il peut à peine parler et toucher la personne, il y a un côté sérieux. Les gens voulaient qu'ils soient heureux et s'amusent.
Howard : Lui voulait qu'il soit soucieux.
Robert : C'était ce qu'il voulait, les producteurs lui ont donné une copie du livre et il y avait des moments où son personnage sourit, à la place il lui faisait froncer les sourcils.
Howard : Est-ce qu'il a failli se faire virer ?
Robert : Il pensait être en sécurité mais ses agents sont venus et lui ont dit qu'il allait se faire virer s'il continuait comme cela.
Howard : il ne pouvait même pas faire ce qu'il voulait.
Robert : Il voulait peut-être le rendre trop misérable.
Howard dit qu'il ne veut pas voir un vampire riant et heureux. 
Howard : quand le film est sorti cela a du être un tel changement dans sa vie.
Robert : Ça allait par vagues, ça a été assez dingue pendant 4 ou 5 ans.
Howard : Ça devait être fou, un peu comme les Beatles.
Robert : Ça a été fou pendant un certain temps.
Howard : Comment il a géré cela ? Il devait y avoir beaucoup de petites filles qui étaient à fond sur lui.
Robert : C'est comme si les gens ne le voyaient pas en tant que personne, les gens voient quelque chose de différent quand ils le regardent.
Howard : Était-ce marrant d'avoir ce niveau de célébrité ou est-ce que ça donnait la migraine ?
Robert : un peu des deux, mais il n'aurait rien changé.
Howard : Il y a constamment des photographes qui suivent Jennifer Anniston et Justin Theroux partout où ils vont, Robert fait parti de cette catégorie de star. C'était vraiment comme cela pour lui surtout quand il sortait avec sa partenaire à l'écran. Tout ses faits et gestes étaient évalués.
Robert : Il n'était pas prêt pour ce niveau d'évaluation. 
Howard lui demande si c'est inévitable de tomber amoureux de sa partenaire ? Est-ce qu'il conseillerait à d'autres acteurs de ne pas le faire.
Robert : Ça rend la partie avec les paparazzis plus difficile, ce n'est pas inévitable.
Howard : Quand lui-même faisait des films il tombait amoureux de tout le monde sur le tournage de son film. Ce n'est pas naturel.
Robert : Il a vraiment constaté cela sur le premier film, il y a des moments où quelqu'un voit quelque chose en vous et vous avez cette chaleur pendant une seconde, ce n'était pas réel. Vous pouvez aussi facilement bouleverser les gens, vous avez ce pouvoir et vous ne savez pas vraiment ce que c'est.
Howard lui demande s'il a eu des personnes pour l'aider à gérer la célébrité et tout ce qui l'entoure.
Robert : Il n'a pas fait de thérapie à l'époque, mais il en a suivi une des années après. A l'époque il était tout le temps occupé, c'était comme être dans l’œil de la tempête. Quand la franchise s'est terminée et que les choses se sont calmées c'est là qu'il a commencé à paniquer, sa vie d'avant n'existait plus.

Update : Suite et fin : 

Howard : Après le 5ème film vous avez eu peur ?
Robert : Oui, il a été sur des montagnes russes pendant 6 ans, c'était stressant et fatiguant car à 26 ans il répétait encore et encore les mêmes choses. 
Howard : A ce moment là en avait-il marre du personnage ? 
Robert : C'était difficile de jouer quelqu'un qui a 17 ans alors que vous en avez 26. 

Howard revient sur le fait que Robert tournait des films plus petits entre chaque Twilight, qui eux engendraient 700 millions de dollars, il lui demande si c'est difficile de faire d'autres films, s'il n'y avait pas trop de pressions ?
Robert : Il avait un filet de sécurité avec les films Twilight, il se sentait en sécurité jusqu'au dernier film, c'était impossible de penser qu'il allait ce faire autant d'argent avec d'autres films, mais il avait besoin de faire quelque chose de différent. 

Howard explique qu'avant que Robert n'arrive ils parlaient de l'aspect financier, Robert leur a coûté peu d'argent au départ, il lui demande s'il a pu demander plus d'argent après. 
Robert : Certaines personnes peuvent. L'autre seule franchise avec qui il pouvait comparer le phénomène était harry potter à l'époque. Il explique qu'il a paniqué lors de la première de Twilight, il pensait que ce serait un film indépendant et lorsqu'il est allé à la première il y avait pleins de gens qui criaient. Il pense que les gens ont du le prendre pour un idiot vu la façon dont il faisait la promotion du film, en le rendant intellectuel. Il s'est enfui de la première et est parti, il est entré dans la mauvaise voiture. Après la première il a quitté le pays et il pensait que c'était terminé pour lui, il a eu une crise de panique. 
Howard lui demande combien de temps il a quitté le pays ?
Robert : 6 mois environ. Après un tas de choses se sont passées et ils sont entrés en phase de rénégociation, le fait qu'il se soit enfui a peut-être aidé à renégocier. 
Howard : Est-ce qu'il y a toujours des personnes qui le suivent partout ou est-ce qu'il peut sortir ?
Robert : Il a trouvé des manières de sortir et de disparaître, cela doit être dur pour Howard car il est très grand. 
Howard : C'est dur, lui pense être méconnaissable dans la rue mais en fait ce n'est pas le cas. 
Robert revient sur le fait que durant le tournage de Good Time personne ne le reconnaissait dans la rue car il avait l'air crasseux. 
Howard : le nouveau film s'appelle Good Time mais en fait c'est la pire vie qui existe. Il lui demande s'il recommencerait à vendre du porno aux enfants à l'école. 
Robert : il adorerait se faire attraper entrain de faire cela. 
Howard : Est-ce qu'il lit les critiques. 
Robert : Oui. 
Howard : le film n'a quasiment que des bonnes critiques, est-ce qu'il avait quelque chose à prouver ?
Robert : Le premier Twilight avait eu de bonnes critiques, après vous ne pouvez pas faire quelque chose d'aussi énorme et vous attendre à n'avoir que des avantages, vous faites 5 films et vous savez ce que vous faites. Il pensait que ça lui prendrait 10 ans pour arriver à la prochaine étape, il essaye simplement différents angles. 

Howard lui demande si on lui a déjà demandé de jouer un super héros. 
Robert : non il n'a jamais fait d'audition, le problème c'est qu'ils vous font signer pour 8 films, c'est un gros engagement. 
Howard : C'est un problème, mais certaines personnes comme Robert Downey Jr l'ont fait. 
Robert : C'est difficile de savoir, vous devez vraiment être engagés dans cette énorme machine. 

Howard lui dit qu'il est impressionné par le fait qu'il a perdu son accent dans le film, il lui demande s'il a fait appel à un coach vocal ?
Robert : Il n'a pas eu de coach, il a simplement passé beaucoup de temps à New York. 
Robin et Howard lui demande s'il peut faire un accent américain tout de suite, Robert répond que non. 
Robert : S'il traîne suffisamment longtemps avec quelqu'un il peut commencer à devenir cette autre personne, il essaye d'organiser sa vie autour de cette personne pour donner l'impression. 
Howard : Est-ce qu'il doit retourner des scènes car son accent anglais revient ?
Robert : Ça arrive. Tout le monde sur ce film venait du Queens, cela se ressent sur la manière dont le film a été écrit, c'était sympa que quelque chose soit écrit dans un dialecte comme celui-ci. 
Howard lui demande si c'est vrai que pour tester son personnage il est allé dans un garage. 
Robert : Oui c'est vrai, ils sont aussi allés dans un atelier de lavage de voiture avec un des réalisateurs, Benny, qui joue son frère dans le film. 
Howard demande si le personnage est censé être retardé. 
Robert : Il a un handicap mental. 
Howard : Le personnage de Robert emmène son frère handicapé mental dans des cambriolages. 
Robert : Les gens après avoir vu le film disent qu'il aime son frère, mais en fait c'est juste un psychopathe et un narcissique. Il ne connaît pas vraiment son frère, mais il pense que comme ils ont le même sang ce n'est pas si important. 
Howard dit que le film est une vraie étude sur un être humain vraiment paumé et il a aimé le film. 

Howard lui demande si c'est vrai qu'on lui a offert le rôle de 50 nuances de Grey, il a aimé le film. 
Robert : Il ne l'a pas vu car il est ami avec Jamie, il n'a jamais refusé car on ne lui a jamais vraiment proposé. Il connaît l'auteur du livre et l'a rencontré, il lui a parlé et elle lui a dit beaucoup de ses fantasmes. Il n'aurait jamais pu faire le rôle, car il aurait du s'entraîner beaucoup. 
Howard : Cela aurait attiré encore plus de femmes. 
Robert : Il a essayé de faire de l'exercice, il ne comprend pas comment les gens font. 
Howard : C'est une des raisons pour laquelle il ne jouera pas de super héros.  Est-ce qu'il s'entraîne parfois ? 
Robert : Oui, il va à la gym de temps en temps mais pas régulièrement, il va y aller pendant 1 semaine puis ne plus y retourner pendant 3 mois. Il essaye d'y aller quand il n'y a personne. 
Howard plaisante en disant qu'il ne peut même pas aller dans les vestiaires, car les gens essayeraient de prendre une photo de lui. 
Robert : Il se glisserait dans un casier pour se changer. 
Howard lui demande si quelqu'un a déjà essayé de prendre une photo de son pénis. 
Robert : C'est compliqué de confronter quelqu'un qui essaie de vous prendre en photo dans un vestiaire. 
Howard : Il doit être tout le temps attentif. 
Robert : Une fois il a cru que quelqu'un le prenait en photo et il a essayé de le confronter, mais ce n'est pas un combattant. Il ne s'est pas battu depuis qu'il a 18 ou 19 ans. Il se souvient qu'il disait au gars qu'ils n'avaient pas besoin de se battre pour cela alors que la bagarre avait déjà commencé. 
Durant le 1er ou 2ème film twilight les gens essayaient tout le temps de le provoquer. 

Howard demande à Robert pourquoi il a refusé des millions pour être le visage de Burberry. 
Robert : Comment a t-il su cela, c'était un secret, personne ne le savait. 
Howard : Il connaît des gens, il sait tout. 
Robert : Il a toujours essayé d'éviter de faire des trucs anglais, il a choisi Dior car c'était moins britannique. Il ne voulait pas être seulement connu comme un mec britannique. Au départ quand il passait des auditions avec un accent américain, il disait qu'il venait de Denver, il pouvait faire toutes sortes d'accents américains. 

Howard revient sur le fait que Robert joue de la guitare et a fait partie d'un groupe. 
Robert : Il jouait plus souvent avant de jouer dans Twilight. 
Howard lui demande s'il pourrait jouer Kashmir de Led Zeppelin. 
Robert : Pas vraiment, il pourrait tromper les gens pendant 1min30. 
Howard : Ce n'est pas un musicien professionnel ?
Robert : Pas vraiment, il a grandi en écoutant des chansons de Van Morrison, c'est comme cela qu'il a appris à jouer. 
Howard : Écrit-il des chansons ?
Robert : Un peu, cela lui prend deux ans pour écrire une chanson. 

Howard demande a Robert si c'est vrai qu'il est fiancé. 
Robert : En quelque sorte. 
Howard : Robert est un homme secret, pour Howard ce qui fait partie du plaisir c'est de marcher, s'exhiber avec une femme à son bras. 
Robert : Il aimerait pouvoir faire cela, mais il est coincé dans cette position où il doit décider ce qu'il doit faire, parmi le public il y a un groupe de folles qui pensent que tout ce qu'il fait fait partie d'une conspiration. Pour protéger ce qu'il a il doit penser aux limites. 
Howard : C'est une chanteuse incroyable, elle s'appelle FKA Twigs, sortir avec une chanteuse est tellement plus sexy que de sortir avec des actrices. 
Robert : Elle est géniale, très talentueuse, c'est un monde totalement différent. 

Howard lui demande s'il l'appelle FKA. 
Robert : Twigs car c'est son surnom. 
Howard dit que c'est également comme cela qu'il l'appellerait s'il traînait avec elle, il ne l'appellerait pas FKA. Howard lui demande quand est-ce qu'il va se marier ?
Robert : Il se le demande aussi. 
Howard : C'est une décision difficile pour des hommes comme eux, car ils peuvent avoir qui ils veulent, ils sont dans le même bateau. Lui s'est calmé et s'est marié. Il s'est marié en 2008 pour la seconde fois, c'est un vieil homme donc c'est pour cela qu'il s'est marié deux fois. Quand vous êtes aussi beaux qu'ils le sont vous pouvez avoir qui vous voulez. 
Robert : Ça calme les choses également, vous devenez parano et la plupart des gens pensent vouloir une relation avec vous alors qu'en fait ce n'est pas ce qu'ils veulent. Il faut pouvoir faire face à la folie et vous ne pouvez pas faire tout ce que vous voulez. 
Howard : Il a raison, s'il sortait avec une fille au hasard il pourrait finir par avoir des problèmes. Howard lui conseille de rester avec FKA Twigs. Il a entendu dire qu'elle recevait des messages méchants de la part de ses fans juste parce qu'elle est noire. 
Robert : Ce sont comme des trolls professionnels, c'est difficile de trouver comment les confronter, c'est un ennemi en ligne sans visage. Si cela arrive dans la rue on sait quoi faire, mais en ligne c'est difficile. Juste de savoir que c'est là est difficile, c'est comme d'avoir une pièce chez soi où des gens disent du mal de vous, même si vous n'allez pas dans la pièce vous savez qu'elle est là et quand vous ne vous sentez pas bien vous y allez pour entendre les gens parler en mal de vous. 
Howard : Vous voulez protéger la personne mais c'est difficile à faire, vous vous sentez impuissant. 
Robert : Essayer de les confronter vous rend encore plus impuissant. Vous essayez de prétendre que cela ne vous atteint pas mais c'est le cas. 
Howard imagine difficilement ce que cela devait être quand il sortait avec Kristen Stewart, aucune relation ne peut survivre à cette surveillance. 
Robert : Quand le premier Twilight est sorti les gens commençaient à avoir des appareils photos sur leur téléphone, maintenant c'est ridicule. 

Howard explique qu'il a fallu deux gars pour le diriger dans son nouveau film. Il lui demande comment ça marche, est-ce que c'est difficile avec deux gars comme eux ? 
Robert : C'est plutôt sympa, on peut le ressentir dans le film, les deux frères se disputaient sur certaines choses et ça peut vous rendre fou et excité durant le tournage. 
Howard lui demande s'il pense pouvoir gagner un oscar avec ce film. 
Robert : Il se souvient avoir rencontré les deux frères avant même qu'il y ait un scénario, il voulait travailler avec eux. 
Howard revient sur le fait que Robert les a appelé pour leur dire qu'il voulait travailler avec eux. 
Robert : C'est généralement comme cela qu'il obtient des jobs, en prenant les devants.  
Howard : Le film s'appelle "Good Time" mais le personnage ne passe pas un bon moment, Robert joue un vrai paumé, c'est comme si Les Trois Stooges étaient des criminels. Une des scènes préférées d'Howard est celle du braquage dans la banque. 
Robert : Ils ont tourné sans permission dans la banque, c'était dingue. 
Howard : Allez voir le film il sort dans certaines villes le 11 Août et plus largement le 25. Est-ce que Robert a un message pour les fans, pour qu'ils aillent voir le film ? Est-ce qu'il veut s'excuser pour avoir voler du porno ?
Robert : Pas vraiment. 
Howard : C'était sympa de le rencontrer et il lui souhaite bonne chance avec le film, il ne mord personne dans le film. 

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

3 commentaires:

Marine a dit…

Bonsoir, je tiens à vous remerciez pour avoir traduit cet interview qui est vraiment intéressante et où l'on en apprend un peu plus sur notre Robert !

Je tiens également à vous remerciez pour tout le boulot que vous faite, je suis chaque jours votre blog et j'ai activé les notifications dès que vous publiez sur facebook et twitter !

Bonne continuation :)

Marine, robsessed.

vanouille a dit…

Merci pour la traduction parce que c'est vrai que j'adore entendre rob parlé et rire mais c'est mieux de comprendre lol. Vous faites vraiment un boulot formidable merci

sophie80 a dit…

Vous faites toujours un super boulot. .... surtout ne changez rien. .... merci 1000 fois