dimanche 16 août 2015

Robert Pattinson en couverture du magazine Instyle Men (Allemagne)

Robert est à l'honneur dans l'édition de Septembre du magazine allemand Instyle :


image host image host image host image host

L'interview a été faite lors du Festival du Film de Berlin en février dernier et est similaire aux autres interviews que Robert a donné durant ce press junket.

Traduction de l'interview :

Robert, est-ce que tout va bien ?

La star de Twilight Robert Pattinson parle du meilleur conseil de son père, d'avoir des enfants, pourquoi il évite Facebook et de ses doutes.

"Hôtel de Rome", Berlin.

Dans le hall d'entrée impressionnant, il y a de l'agitation. Des hommes d'affaires en costumes sur mesure qui discutent du prix des actions alors qu'ils sont assis sur d'énormes sofas, des riches touristes entrent dans le hall portant leurs achats chez des créateurs, des journalistes encerclés par une lumière tamisée qui attendent au bar la star Hollywoodienne Robert Pattinson.



L'acteur de 29 ans, que l'on peut voir avec Nicole Kidman dans le film "Queen of the desert" le 3 septembre, est là pour une interview durant laquelle il veut parler de son nouveau film avec Anton Corbijn "LIFE", qui sortira en Allemagne le 24 septembre 2015. La star de Twilight joue un jeune photographe, Dennis Stock, qui a découvert James Dean avant sa grande percée à Hollywood. Tout le monde connaît sa photo la plus célèbre : cigarette aux lèvres avec le col remonté alors qu'il marche sous la pluie à Times Square à New York. Robert Pattinson apparaît presque aussi renfermé que James Dean alors qu'il se dirige vers la suite ou se passe l'interview, portant une chemise à carreaux combinée avec un jean et des bottines. Il porte une longue barbe, et a les cheveux ébourriffés comme si il venait juste de sortir du lit. Il marmonne "Bonjour" d'une manière presque incompréhensible. La raison de son apparence pourrait être que la veille de la première de "LIFE", il a commandé quelques verres au bar du Soho House à Berlin. Les cernes sous ses yeux parlent d'elles-mêmes. Pattinson prend une grande gorgée de Cola froid, mache un chewing-gum et passe ses doigts dans ses cheveux en désordre ce qui semble lui donner l'air plus éveillé. C'est à ce moment là que l'interview devient plus intéressante. Il parle du temps où il a été influencé par James Dean, la bénédiction et la malédiction de la célébrité, de ses doutes et aussi de ses futurs plans dans sa vie privée avec son "étrange" mais magnifique fiancée FKA Twigs.

Journaliste : Vous avez l'air sauvage. Depuis quand portez-vous une longue barbe ?
Robert : (rires) J'en avais besoin pour tourner le drame historique "The Childhood of a leader". Hier c'était le dernier jour de tournage et je me suis rendu compte ce matin que j'avais oublié mon rasoir. Donc je ne pouvais pas la raser.

Journaliste : Les fans et photographes à Berlin n'ont pas de problème avec. On dirait que vous avez un problème avec le fait d'être photographié, ou est-ce que mon impression est mauvaise ? Il semble que vous ne profitez jamais de l'attention et de la gloire.
R : Je n'aime vraiment pas être photographié. Je ne comprends pas toutes ces choses folles qui se produisent. Ce n'est pas à propos de moi en tant que personne, c'est plus lié aux rôles que je joue en tant qu'acteur. Vous promouvoir, votre voix et votre musique en tant que popstar est quelque chose de totalement différent. Je crains de ne jamais m'y habituer.

J : Dans "LIFE" vous jouez Dennis Stock qui a découvert James Dean avant qu'il ne soit célèbre. Est-ce que ce rôle vous a aidé à comprendre le travail des paparazzis ?
R : En fait, je comprends les photographes qui se battent juste pour avoir la meilleure photo, une situation que Dennis Stock connaît aussi. Mais je ne comprends pas les paparazzis qui dérangent la vie privée des célébrités, ceux qui attendent devant ma maison jusqu'à ce que je doive sortir, ce qui prouve leur manque de tact.

J : Ceux qui se font passer pour vous sur Facebook ou Instagram aussi...
R : Je n'y connais rien à tous ces réseaux sociaux. J'ai l'impression d'être trop vieux pour ça. Ça ne m'intéresse pas...

J : Pensez-vous que la battage médiatique autour de Twilight - En ligne et hors ligne - est une bénédiction ou une malédiction ?
R : Les deux. Je pense que c'est la même chose pour Leonardo DiCaprio dans "Titanic". Ca lui a aussi pris du temps pour se détacher de ce rôle. Heureusement pour moi, à 22 ans j'ai eu une vie avant "Twilight". Et la première année après a été incroyablement excitante ! J'ai eu les meilleures offres de rôles, tout le monde voulait me connaître. Je ne savais pas ce qui se passait. Et j'avais le droit de rentrer dans les clubs où j'étais refoulé avant (rires). Mon père m'a dit au tout début que je devrais devenir un acteur, car de cette manière j'aurai les plus jolies filles. Et il a raison. C'est pourquoi je continue à le faire (rires). Parfois j'avais l'impression que je me noyais. Et même après avoir tourné tous ces films, j'ai toujours l'impression de ne pas être assez bon, que je dois faire mes preuves encore et encore.

J : Une star mondiale avec tant de doute n'a rien d'ordinaire...
R : Je suis un humain avec ses propres doutes. Et au fond, je suis une personne très timide. J'aimerai vraiment être plus confiant. Bien sûr, vous avez besoin d'avoir de l'égo pour vous tenir devant la caméra, mais c'est mieux de travailler avec un réalisateur comme David Cronenberg qui pense plus de manière artistique que commerciale. De tourner un film avec un photographe sur la photographie était génial ! Anton Corbijn m'a aussi montré comment me servir d'un appareil photo Leica. Sur le plateau, j'ai utilisé plus de 20 pellicules. J'étais attiré par ce rôle, car ça parle d'une personne qui veut être un artiste, mais il ne sait même pas s'il est assez bon. Et je veux aussi tout le temps essayer de m'améliorer en tant qu'acteur.

J : Avez-vous des modèles ? Est-ce que James Dean était l'un d'eux ?
R : Dans le passé, oui. Je connais tous ses films. Plus tard, je trouvais que Marlon Brando était plus cool. C'était le plus grand rêve de James Dean de devenir un acteur célèbre alors que Marlon Brando disait : "Merde, je ne sais même pas qui je suis vraiment ou qui je veux devenir."

J : Peut-être qu'être une Popstar serait mieux pour vous ? Vous chantez, vous jouez de la guitare et du piano et vous avez écrit 2 chansons pour la bande originale de Twilight...
R : (Rires) Qui sait ? De temps en temps je joue quelques concerts et je compose aussi de nouvelles chansons pour un album.

J : Comme cela vous pourriez faire un duo avec votre fiancée FKA Twigs. Ou voulez-vous fonder une famille en premier ?
R : C'était amusant de jouer un père, même en tant que Dennis Stock qui était assez égoïste. Il voulait tellement devenir un artiste qu'il a complètement oublié son fils. Pas génial, mais c'est un personnage intéressant et tragique. Il n'y a pas beaucoup de rôle de jeune père. J'espère que je serai un meilleur père. Dans le futur je veux des enfants. Ensuite, je me poserai et je leur achèterai un manoir. Peut-être à Londres, qui sait ? (rires) Au moins c'est l'endroit où je suis le moins souvent photographié...

Source Scans : @nicole2dogs Traduit à partir de la traduction anglaise de @WelkeLaura/Via

Traduction Française : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: