samedi 14 janvier 2017

Le réalisateur Harmony Korine parle de The Trap dans une interview pour le magazine Office

Pour le magazine Office, l'acteur James Franco a interviewé Harmony Korine. Au cours de la conversation ils sont revenus sur 'The Trap', en quoi ce film se différencie de ses précédents projets, sur les difficultés à le mettre en place...


Traduction

James Franco : Laisse moi revenir rapidement sur l'écriture des scénarios - il est bien connu que tu as écrit 'Kids' en 3 semaines, et tu as écrit 'Spring Breakers' assez rapidement également. Pour rappeler l'histoire, tu m'as approché - nous avons seulement parlé par mail, tu avais un projet qui était sponsorisé par les bières Grolsch ou quelque chose comme cela, un film avec plusieurs réalisateurs. [Le film, qui peut se trouver sur Youtube, s'appelle 'The Fourth Dimension'. La partie d'Harmony, 'The Lotus Community Workshop', avec Val Kilmer, un maniaque du développement personnel, dans le rôle pour lequel Franco a été considéré. - Ed] Je crois que j'étais occupé à l'époque mais j'ai dit que si tu réalisais quelque chose, je ferais n'importe quoi avec toi et tu es arrivé avec l'idée de 'Spring Breakers'. Ensuite, pas longtemps après cette idée, tu m'as envoyé un aperçu - tu avais un scénario. Mais maintenant, les scénarios que tu écris depuis 'Spring Breakers' prennent plus de temps. A un moment tu as dis quelque chose comme "Les scénarios que j'écris, j'écris vraiment vite car ce sont des plans." Mais maintenant il semblerait qu'ils soient devenus quelque chose d'autre. 




Harmony Korine : Oui, tu as totalement raison. Ce qui se passe c'est que ces scénarios ont évolué. Donc, j'ai écris 'The Trap', qui est un film que nous devions faire l'an dernier, et cela a pris plusieurs mois, cela a pris un moment mais nous l'avons réuni, c'était un gros film - ou, c'est un gros film - beaucoup d'acteurs, un film plutôt musclé, violent. Ensuite, je crois que c'était un mois avant le tournage, j'ai eu un problème avec un des acteurs - ou il y a eu un problème avec un des acteurs - et j'ai dû remplacer cet acteur, mais ensuite la personne que j'ai engagé, je devais attendre à cause de son planning, et à ce moment là un autre acteur...c'était un effet domino. Donc ils voulaient repousser le film pour une autre année, ce qui me va. Ce n'est pas que j'ai complètement perdu l'intérêt, mais à cette époque j'étais juste nerveux. Donc l'an dernier, je me disais, je ne vais pas simplement attendre pour ce film, je vais écrire autre chose et voir ce qui se passe. Ensuite, j'ai écris ce film, c'est presque terminé maintenant, donc celui-ci semble - c'est pareil avec n'importe quoi, vous êtes plus excités par ce qui est nouveau. Donc je vais toujours faire 'The Trap', je pourrais peut-être le faire après cet autre film. Tu sais, cela me prend plus longtemps à écrire, car les histoires sont plus ambitieuses et les budgets plus gros, l'envergure est peut-être plus grande. Donc je pense que d'une certaine façon, j'ai l'impression que je dois mettre plus dans ces scénarios, car j'en demande plus. Si cela ne tenait qu'à moi, j'écrirais des choses très essentielles, squelettique et ensuite je développerai autour. Mais c'est plus difficile de faire ces plus gros films, donc quand je commence à les écrire, ça prend le dessus. Cela devient plus comme un roman et c'est ce qu'ils deviennent, ils sont légèrement plus épique, plus impliqués et le lieu prend plus d'importance. J'ai découvert que j'étais peut-être un peu trop descriptif avec certaines choses, ce sont presque des mini-livres maintenant. Donc voilà ce qu'il s'est passé. Mais honnêtement, cela se résume à leur envergure et leur taille. Car j'aime l'idée de pousser la vision plus loin. Je ne me sens jamais vraiment satisfait, j'ai toujours le sentiment que ce que j'ai fait n'est qu'une petite partie de ce que je pouvais faire. Si je pouvais vraiment faire ce que je voulais, je pourrais faire de gros dégâts. Ce serait génial. 

JF : Maintenant, tout comme le travail avec les acteurs, si tu regardes tous tes films, tu as travaillé avec beaucoup de non-acteurs, tu as travaillé avec beaucoup d'acteurs dont c'était la première fois, et donc dans 'The Trap', c'était vraiment une des premières fois où tu allais - et peut-être as-tu été forcé, comme tu l'as été pour des raisons budgétaires - travaillé avec des acteurs qui font partie de l'élite. Y-a-t-il une raison ?

HK : Oui, une d'entre elle c'est que je suis devenu gourmand maintenant, et je veux que le plus de personnes possible voient les films. Je ne veux pas qu'ils soient limités, et c'est pareil avec ce film, j'avais le sentiment que c'était le bon moment pour le faire, et de travailler avec tous ces grands noms. Mais j'ai aussi passé des mois à choisir de vraies personnes, qui étaient géniales, de vraies personnages, tu vois ? Donc cela allait être un mélange et j'allais vraiment faire disparaître les autres personnes dans ce monde en quelque sorte. Donc, c'est encore un mélange. Mais c'est quand même difficile de faire des films, d'obtenir des financements avec des noms. Donc même si j'adore travailler avec des non-acteurs, économiquement c'est prohibitif. Et je trouve cela amusant quand des gens, qui d'ordinaire ne verraient pas ce type de film, voient le film, d'un certain côté cette réaction est plus intéressante que si c'était les mêmes personnes qui le regardent. C'est plus excitant pour moi. J'ai passé tant d'années à faire des films quand j'étais un gamin, et j'adore ces films, j'adore la manière dont ils semblent avoir un effet culturel. Mais ouais, tu veux déployer tes ailes et voir jusqu'où tu peux voler. 

Source Via Via

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.fr

Aucun commentaire: