lundi 14 septembre 2015

Nouvelle interview de Robert Pattinson avec MorgenPost (Allemagne) (Traduction)



Traduction 

Avez-vous peur des photographes, Monsieur Pattinson ?

Un jeune homme qui semble un peu découragé, voilà la première impression que l'on a durant cette interview avec Robert Pattinson. Il n'y a aucune raison pour que le jeune homme de 29 ans se sente ainsi, car après le succès massif de la saga Twilight il a réussi à s'établir en tant qu'acteur sérieux. Dans Life on le voit dans le rôle du photographe qui a pris les images légendaires de James Dean.

Etes-vous un bon photographe ?

C'est convenable, même si j'ai seulement commencé durant ce film. J'ai eu le même appareil que celui de Dennis Stock. La qualité de mes photos dépend de l'endroit et de la lumière. Quand je tournais Queen of the desert avec Werner Herzog au Maroc, je faisais facilement de superbes photos, mais quand je suis revenu à Londres mes photos étaient très sombres.

D'ordinaire vous êtes celui qui est tout le temps photographié. Comment gérez-vous cela ?

Je lutte avec ça pour le moment. Quand le premier film Twilight est sorti, je le gérais de manière très offensive. Je sortais en me présentant d'une certaine manière et tant que vous pouvez avoir le contrôle c'est bon. Mais c'est devenu trop et c'est devenu incontrôlable. J'avais le sentiment que l'on me prenait quelque chose avec toutes ces photos, j'ai pris peur et je me suis renfermé sur moi-même. En ce moment je suis dans une phase 's'il vous plaît ne prenez pas de photos'.



Que faites-vous quand vous sortez et que les photographes vous attendent ?
Je prends peur.

Sérieusement ?
Non. Je comprends que je ne peux pas laisser cela me rendre fou. Je suis fatigué de me déguiser ou de porter un chapeau.

Avez-vous déjà été proche d'un photographe comme l'a été James Dean ?
Pas avec un photographe, mais quand le premier film Twilight est sorti il y avait quelques journalistes avec qui je m'entendais bien et avec qui je traînais. Il y avait un journaliste d'Entertainment Weekly qui a écrit une histoire assez cool sur moi car nous nous entendions très bien. Nous sommes allés dans un bar et avons bu.

Pourrions-nous le faire maintenant ?

Non, je ne le referai plus jamais, car maintenant les gens me connaissent un peu à travers les nombreuses interviews que j'ai fait et certains journalistes - sans vous offenser - essayent de me pousser jusqu'à ce que je dise quelque chose de vraiment terrible.

Pouvez-vous simplement entrer dans un bar maintenant ?

Je reviens doucement au point où je peux le faire. Cela dépend de la façon dont réagit le public. Avec un film comme Twilight, il y avait beaucoup de pression et personne ne se souciait des nuances individuelles. Il y avait certaines réactions dingues par rapport à certaines choses que je disais et tout le monde se mettait en colère pour des futilités, surtout quand le premier film est sorti. Tellement de personnes étaient folles, je pensais que j'allais me faire tuer.

N'exagérez pas.

C'est vrai. Quand la première bande-annonce est sortie, j'ai eu une expérience comme la scène dans Jurassic Park où les protagonistes sont chassés par des rapaces. Après une projection à Mexico nous sommes tous montés en voiture, mais les serrures ne fonctionnaient pas et les gens poussaient pour entrer dans la voiture. Mon manager a dû les repousser dehors et ensuite nous avons été suivis par 400 personnes. Le chauffeur a pris une mauvaise direction et nous avons fini sur un parking avec des gens derrière nous. Nous sommes arrivés à la sortie, mais nous devions payer le parking et aucun de nous n'avez assez d'argent, le gars de la sécurité ne voulait pas nous laisser passer. Nous avons réuni l'argent que nous avions tous sur nous pour payer.

Votre vie ressemble non seulement à Jurassic Park, mais aussi à un feuilleton, en particulier votre ancienne relation avec votre partenaire Kristen Stewart. Comment avez-vous vécu cela ?

C'était assez étrange. J'ai toujours essayé de ne pas parler de choses personnelles, mais ça ne faisait aucune différence, car les gens inventaient des choses. Je suis devenu une partie d'une histoire que les autres écrivaient et je ne pouvais rien y faire. A un moment, je ne faisais pas de photos officielles, car je pensais que sans nouvelles photos il n'y aurait pas de nouvelles histoires. J'avais tellement tort, les gens prennent simplement de vieilles photos.

Peut-être auriez-vous du vous ouvrir sur le sujet.

C'est tellement contre ma nature. J'ai appris cela quand j'avais 12 ans. J'ai demandé à une fille si elle voulait sortir avec moi et toute l'école a commencé à en parler. Je crois que je n'ai plus jamais parlé à la fille. Ça n'avait pas de sens pour moi de parler ouvertement de choses privées, car les magazines ont leur propre vérité et ma version serait perdue parmi toutes les rumeurs. Il y avait une histoire dans un magazine australien qui disait que j'étais enceinte. Remarquez, j'étais celui qui était enceinte ! Que pouvez-vous faire à propos de ça ?

Même si l'hystérie des fans c'est un peu calmée, pouvez-vous vous identifier à eux ?

Il fut un temps j'ai été obsédé par Van Morrison, mais pas aussi intensément. Ma situation est spéciale, car tout est arrivé par accident. Je suis tombé dedans. Je n'ai jamais eu de problèmes avec mes fans et je les vois toujours de manière individuelle et seuls ils ne crient pas. C'est la mentalité de groupe que je trouve bizarre. En fait, les médias et les photographes étaient le problème, car ils attendaient le moment où je ferais une erreur ou aurais une mauvaise expérience. Les fans veulent me voir gagner et je n'ai pas de problème avec cela.

Aimez-vous avoir des supporters autour de vous ?

Pas du tout. Parfois les gens autour de moi ne voulaient pas me dire la vérité, simplement car ils pensaient que cela me mettrait en colère. J'étais traité comme un petit oisillon qui a besoin d'être protégé. Je n'aime pas avoir des lèches-cul autour de moi, c'est ennuyeux. Maintenant j'ai un entourage qui me contredit et même mon manager me dit parfois 'tais-toi, tu es un idiot.'

Comment faites-vous pour vous y retrouver dans ce monde de dingue ?

J'ai mes méthodes. Mon entourage m'y aide. Mes amis et ma famille sont une base solide et en dehors de cela je surfe depuis quelques années. Je n'aurai jamais imaginé que ce serait quelque chose qui m'intéresserait, mais la mer a un effet positif sur moi, ce que j'aime. Quand je suis loin, je peux respirer.

Le photographe Dennis Stock fait passer sa carrière avant sa famille. Comprenez-vous cette attitude ?

Pour être honnête je ne pense pas que cette attitude soit très agréable. Son fils est un fardeau pour lui. Quand j'ai entendu parlé du projet, je n'étais pas intéressé par sa relation avec James Dean au début. Je le trouvais intéressant, car c'est une personne qui n'aime pas son fils. C'est l'exemple de quelqu'un qui ne trouve pas de bonheur avec cette attitude. C'était un personnage tragique. Dans toutes ses interviews il est clair qu'il n'a pas appris la leçon. Même à l'âge de 80 ans il se plaignait toujours d'être seulement célèbre à cause de ses photos de James Dean.

Et vous ? Et si vous n'êtes célèbre que pour avoir jouer Edward le vampire ?

Et alors ? Tant que j'ai la chance de faire ce métier pour vivre, je suis heureux. Etre célèbre ne fait qu'étouffer votre évolution. Vous parlez aux gens des mêmes choses tout le temps et c'est difficile de rencontrer des gens en dehors de cette bulle. Comme je l'ai dit avant, je cherche consciemment des gens qui ont des perspectives différentes de la mienne et qui en parlent ouvertement - pas seulement de futilités. Même depuis Twilight je n'ai fait que des films qui m'intéressent et je joue des rôles que je n'ai jamais fait avant et j'ai toujours les rôles que je veux. J'espère seulement que cela va continuer.

Est-ce que vous défieriez les patrons d'Hollywood comme l'a fait James Dean ?

Peut-être, mais je me dégonflerais la fois d'après en me confondant en excuses : "Je ne suis pas du tout un rebelle, j'avais tort."

Quelle leçon avez-vous retiré de vos expériences ?

Je ne sais pas. Quelqu'un m'a demandé une fois quel conseil je me donnerais plus jeune. Peut-être que j'aurais pu être moins inquiet sur certains sujets, mais ensuite j'aurais trouvé autre chose pour m'inquiéter. La leçon pourrait être : Tu as besoin de ta peur. Inquiète toi de certaines choses et ne te fais pas d'illusions.

Source / Traduit à partir de la traduction anglaise de @Inthejungle/Via
Scan Via

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: