samedi 10 octobre 2015

Nouvelle/Ancienne Interview avec Kinowetter pendant la promo Life - Berlinale 2015 (Vidéo + Traduction)



Ajout de la Traduction :

- Journaliste : C'est toujours super de parler de vos projets, je trouve que c'est très intéressant de jouer une personne réelle, vous pouvez y ajouter un peu de vous-même et un peu de ce que vous connaissez. Quel est le ratio ? 

Je ne sais pas, j'approche tous les rôles... Je ne sais pas si ça fait vraiment une différence que ce soit une vraie personne... J'approche tous les rôles de façon pointilleuse. J'ai lu le scénario et je me suis dit 'Je veux être ce personnage, je veux qu'il soit une partie de moi'. Je suppose que c'est comme cela que j'essaye de comprendre mon personnage. 

- Journaliste : Quand je pense à la photographie, je pense à des gens passionnés, c'est particulièrement vrai avec Dennis. Que pensez-vous de la photographie ?



- Je n'ai jamais été si intéressé que ça par la photographie, je pense que Dennis Stock voulait plus être un artiste qu'un photographe, son talent a été la photographie. Mais la partie bizarre, que je trouve intéressante dans la photographie en général, c'est que vous êtes en quelque sorte passif, surtout avec le genre de photographie qu'il faisait où vous dépendez du sujet, surtout quand vous prenez des photos de personnes intéressantes. J'imagine combien ça peut-être frustrant, vous devez être dépendant de bons sujets, vous ne pouvez pas simplement le créer. Dennis avait des problèmes avec cela. 

- Journaliste : Si je pense aux films que vous avez choisis ces dernières années, ils sont tous liés aux réalisateurs. C'est important pour vous non, un réalisateur avec une vision claire, quelqu'un dont vous pouvez apprendre, avec qui vous avez hâte de travailler ?

- Ouais. C'est plus facile d'avoir confiance en quelqu'un qui est très confiant. Quand vous avez un réalisateur connu, il a le contrôle sur son projet. Quand vous travaillez avec un nouveau réalisateur ou un qui n'a pas entièrement confiance en les personnes qui travaillent sur le film, le projet dérive et prend la mauvaise direction. 

- Journaliste : Quel est votre favori pour les oscars cette année ? Supportez-vous Julianne Moore ?

- Oui bien sûr, Julianne est géniale. J'ai adoré 'Wild'. 

- Journaliste : C'est un super film.

- C'est mon film préféré cette année. Je suis très surpris que 'Force Majeure' ne soit pas nommé. Je l'aurai nommé. 

- Journaliste : Il y a beaucoup de concurrence dans la catégorie 'films étrangers', car les films sont géniaux, c'est dommage qu'il n'y en ait que 5 de nommés. Parlons des icônes, qui étaient vos icônes lors de votre adolescence ? Croyez vous à l'époque des stars légendaires d'Hollywood ? A la James Dean. 

- Oui, certainement. J'étais plus intéressé par Marlon Brando que par James Dean en tant que personne. J'ai souvent échangé avec Dane à ce sujet, parce qu'il pense qu'ils sont très semblables, alors que pour moi ils sont très différents.[...]James Dean essayait juste d'être Brando. Quel était la question ?

- Journaliste : Aimez-vous l'âge d'or d'Hollywood ? Je pense que les choses étaient plus poétiques à cette époque. 

- C'était une période qui semble importante pour les gens, c'est une période merveilleuse de l'histoire, les gens recherchaient à travers l'art comment vivre. Maintenant on est dans une époque étrange, car les gens ne recherchent pas de l'art, mais des divertissements commerciaux où les gens leur disent comment vivre, surtout quoi acheter. Et quand vous regardez le passé, quelqu'un comme James Dean, qui a passé sa vie à rechercher sa voix, les gens voulaient chercher leur voix à travers lui. Je ne sais pas si ça à un sens. 

Source Via

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: