mercredi 22 avril 2015

Interview de Robert Pattinson avec F Magazine (Grèce) - Traduction

Le magazine ne précise pas de quand date l'interview mais on peut supposer qu'elle a été faite lors de la Berlinale en Février dernier !

                         

Traduction

Il ne cherchait pas la voie facile... Un rôle qui ressemblait plus à un piège et ses progrès en tant qu'acteur sont très différents de l'ordinaire. Il est aussi insupportablement beau !!! Ses yeux, son sourire, ses cheveux et un talent qui a mis du temps à être révélé, mais je sais pour sûr qu'il existe !!!!! Life sera son prochain film dans lequel il le prouvera. Arrêtez ce que vous êtes entrain de faire et prêtez attention : Robert Pattinson parle...

Question : Vous devez savoir qu'il y a des similitudes entre votre vie et celle de James Dean 
Rob : Pour moi l'histoire de James Dean et celle de Dennis Stock sont deux histoires complètement différentes. L'histoire de James Dean, peut-être parce que je l'ai vécu jusqu'à un certain point, ne m'intéresse pas particulièrement. Depuis le tout début je me suis plus identifié au personnage de Dennis Stock.



Q : Comment voyez-vous James Dean ? Vous a-t-il inspiré ?
R : Presque tous les acteurs sont passés par une phase durant laquelle ils ont une obsession avec James Dean. Ses films ont eu une énorme influence. Certaines choses sont exagérées, mais c'est parce qu'il venait de commencer. Vous pouvez voir ses expérimentations courageuses. Certains de ses mouvements sont très légers, comme les mouvements d'un ballet, et d'autres sont manifestement forts. J'ai vu beaucoup de photos de lui et c'est intéressant de constater qu'il n'a jamais pris une mauvaise photo. Ce n'est pas juste à cause de son visage. Il a toujours su comment se tenir devant une caméra. En 1955, les gens n'étaient pas constamment photographiés et il n'était pas encore célèbre, mais il savait simplement que son visage rendait bien en photo. Il était très bon pour contrôler cela.

Q : Comment est-ce d'être photographié ? Aimez-vous cela ?
R : Je suis très mauvais pour ça. Il fut un temps, quand le premier film Twilight est sorti, je voulais montrer un certain profil. Quand vous pouvez le contrôler c'est bien, mais quand vous êtes photographiés tout le temps, vous perdez le contrôle. Tout à coup vous avez peur et vous devenez introverti. En ce moment je suis dans une phase "ne prenez pas de photos de moi !"

Q : Comment était-ce de travailler avec Dane DeHaan ?
R : Je n'aurais pas participé au film s'ils n'avaient pas trouver la bonne personne pour interpréter James Dean. Quand j'ai découvert que c'était Dane, je voulais faire le film, car je l'aime bien et j'ai rarement la chance de jouer avec quelqu'un de mon âge. Son rôle est difficile. Surtout avec le maquillage et la perruque. Il avait même de faux lobes d'oreilles. C'était dingue ! Mais c'est un gars sympa. En réalité la relation entre James Dean et Dennis Stock était assez bizarre. Ils étaient si différents mais tout comme Dane et moi, mais finalement nous nous sommes très bien entendus.

Q : Est-ce qu'il y a un endroit dans le monde ou certaines personnes dans votre vie avec qui vous pouvez être vous-même, qui sont une base stable pour vous ?
R : Je ressens seulement cela avec mes amis et ma famille. C'est impossible pour moi de trouver un endroit stable quand je bouge environ 8 mois dans l'année. J'avais ma maison à Los Angeles, dont j'ai déménagé récemment, pendant 2 ans et je ne l'avais même pas meublé.

Q : Avez-vous déjà eu une relation étroite avec un photographe ou un journaliste comme c'était le cas pour Dean ?
R : Pas avec un photographe. Quand Twilight venait tout juste de sortir il y avait quelques journalistes avec qui j'avais une bonne relation. Il y avait un rédacteur d''Entertainment Weekly' qui a fait ma première interview et c'était vraiment bien car je l'aimais bien. Nous sommes allez dans un bar et on a commencé à boire, bien sûr ce n'est pas quelque chose que je ferais maintenant. Quand vous avez donné assez d'interviews, un rédacteur peut vous pousser d'une manière différente pour avoir des infos, ce qui est mauvais pour vous.

Q : Est-ce que cela vous manque de ne pas pouvoir aller dans un bar pour vous relaxer ?
R : C'est aussi lié à l'image que vous voulez montrer au public. Quand vous ressentez tellement de pression, vous comprenez que le public ne se soucie pas de quelque chose de différent. Tout les rend fou. Vous dîtes quelque chose et la réaction à tout mes actes est massive.

Q : Comment vous sentez-vous quand votre vie privée est projetée comme un soap-opéra ?
R : C'est étrange. Bien que j'ai fait de gros efforts pour ne pas parler de ma vie privée, cela ne fait aucune différence. Ils inventent des choses variées. Quand vous faites partie d'une histoire, un article que quelqu'un d'autre a écrit, vous ne pouvez rien y faire. Même quand ils ne prennent pas de photos de vous, ils utilisent simplement de vieilles photos. L'an dernier, je pensais au fait qu'ils ne prenaient plus de photos de moi, donc qu'ils n'écriraient plus à mon sujet, car le public ne s'intéresserait pas à un article sans photo.

Q : Dennis Stock a fait beaucoup de sacrifices dans sa vie personnelle pour sa carrière. Feriez-vous cela ?
R : Je ne sais pas, mais je pense que Dennis Stock prétendait avoir fait beaucoup de sacrifices. Mais en fait, il avait peur de ne pas être aussi bon artiste qu'il ne le pensait. Donc il cherchait des excuses. La première chose qui m'a attiré dans le script, c'était que ça parlait d'un père qui ne voulait pas de son enfant. C'est un personnage tragique.

Q : Aimeriez-vous revenir dans les années 50 ? Est-ce une époque durant laquelle vous auriez aimer vivre ?
R : Je ne suis pas vraiment un type des années 50. Je n'aurais pas eu de problèmes avec les années 60. Je ne suis pas vraiment bon pour m'interdire des choses et les années 50 étaient comme cela. Une époque de contraintes.

Q : "Donc, vous auriez aussi eu une altercation avec le directeur du studio comme James Dean ?
R : Oui, mais probablement que j'aurais dit quelque chose comme 'Je ne suis pas un rebelle, je ne comprenais pas, s'il vous plaît...'

Q : Donc vous préféreriez plus la complaisance des années 80 ?
R : Non, non. Cette époque ne me convient pas non plus. Je suis une personne très paresseuse pour ce genre de style de vie.

Q : Avez-vous déjà utilisé des déguisements ?
R : Les deux dernières semaines je me suis dit que je ne porterai plus de casquettes et n'utiliserai plus de déguisements, car cela peut vous rendre dingue quand vous vous habillez tout le temps dans le but de vous cacher; cela vous influence psychologiquement. J'ai compris cela ces dernières semaines et je vais faire attention à cela.

Q : Donc c'est mieux de faire face aux paparazzis ?
R : Pour être honnête, les paparazzis ne sont pas vraiment le problème. Je me souviens que pendant des années j'avais peur. Les gens vous regardent tout le temps, vous sentez qu'ils vous jugent et c'est probablement ce qu'ils font. Vous ne devriez pas vérifier ce qu'ils disent sur vous sur Internet. C'est le pire de tout.

Q : Avez-vous déjà fait cela ?
R : Tout le monde le ferait. C'est une horrible habitude. Si, par exemple, ils parlent de vous dans la pièce d'à côté, vous allez probablement essayer d'écouter ce qu'ils disent. Et à la fin vous ne quittez plus votre chambre et surfez sur Internet. Je pense que vous devez le faire pour vous rappeler de qui vous êtes, car à la fin vous vivez dans une autre réalité étrange, vous vivez dans des chambres d'hôtels tout le temps et vous devenez plus ou moins un ermite.

Q : N'avez-vous personne avec vous ? Un ami ou de la famille ?
R : Oui, certains prennent avec eux des amis ou des membres de la famille. Mes amis et ma famille ont leur travail. Mais je ne voudrais pas d'eux avec moi de toute façon. C'est un bon moyen de détruire une amitié. C'est comme si vous disiez à votre ami : "Viens et deviens mon assistant !"

Et comment resté vous sain d'esprit ?
R : 'Je pense que j'ai perdu la tête... (rires)

Q : Combien de propositions semblables avez-vous eu après Twilight et à quel point était-ce important pour vous de jouer d'autres rôles ?
R : Après Twilight je n'ai fait que des choses qui m'intéressait. Ces 8 dernières années il n'y a eu que 2 ou 3 scripts que j'ai aimé et où à la fin je n'ai pas eu le rôle. Mais ce n'était pas que j'essayais de prendre une certaine direction. C'est juste arrivé !

Q : Quelle est la plus importante leçon de vie que vous avez appris ces dernières années ?
R : Quelqu'un m'a demandé quel conseil je donnerai au jeune moi. Je ne sais pas. Si vous vous dîtes 'ne t'inquiètes pas de ceci ou cela", c'est sûr que vous vous inquiéterez toujours de quelque chose d'autre. Nous avons besoin de cette peur. Je préfère être quelqu'un qui doit affronter tellement de peur que quelqu'un qui à l'illusion de n'avoir peur de rien. J'aime avoir des obstacles, aussi petits soient-ils.

Q : De quoi avez-vous peur ?
R : De tout (rires). Même de marcher dans la rue.

Source Scans Traduit à partir de la traduction anglaise de @RobsPromotion

Traduction Française : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Aucun commentaire: